Karimah et Robert Walsh représentent le blues albertain à Memphis

Dans le foulée du Chant’Ouest, Karimah et Robert Walsh se sont lancés tête baissée dans une aventure blues qui, en quelques mois, a débouché sur un album et une participation à un prestigieux concours à Memphis.

« J’ai toujours adoré la musique punk et rock », raconte la chanteuse Karimah, qui s’est intéressée au blues par le biais de films documentaires dans un second temps. Le blues, la jeune lauréate du concours Chant’Ouest 2014 ne s’y était jamais vraiment frottée sur scène. Jusqu’à ce que Robert Walsh lui propose de participer à un concours à Edmonton.

Le guitariste pensait d’abord reformer le Robert Walsh Band mais la nécessité de réunir tout le monde à chaque étape de la compétition compliquait la donne. « Avec des professionnels de mon âge, c’est pas facile de leur dire : ‘‘OK, y’a une possibilité d’une gig dans deux mois, mais c’est pas certain !’’ », confie-t-il. Restait la solution de jouer en solo mais « c’est moins le fun ». Robert propose donc à Karimah de former un duo. Two Blue remporte finalement le concours… et décroche un ticket pour l’International Blues Challenge à Memphis, aux États-Unis.


Comment expliquer une alchimie aussi rapide ? « On a beaucoup travaillé ensemble l’année dernière [dans le cadre des concours de chant Polyfonik et Chant’Ouest, NDLR] donc la relation était déjà là », explique simplement Karimah. « Le blues, c’est très nouveau pour moi mais c’est naturel à chanter, sourit la francophile… Il y a beaucoup de soul. Je pense que ma voix fit bien ! ». En effet, le duo a beau être tout jeune, il semble avoir des années d’expérience et de complicité.

Un retour aux sources pour Robert Walsh

Avant de s’attaquer au jazz, au classique et au reste, Robert Walsh a commencé par écouter du blues. « J’ai grandi avec. C’était à l’époque où tu n’avais pas le droit d’aimer Eric Clapton et Jimi Hendrix en même temps… Comme d’aimer les Rolling Stones et les Beatles. Moi j’étais plutôt Eric Clapton », raconte le guitariste. « Le blues, c’est la fondation de ce que je fais ! », affirme celui que voit le projet Two Blue comme une sorte de retour aux sources.

Présenté au Café bicyclette à Edmonton les 16 et 17 janvier, l’album Only Two a été conçu en quelques mois seulement. « Le défi, c’était d’avoir un album avant d’aller un Memphis. T’as l’air plus sérieux si t’arrives avec ton disque », affirme Robert, qui a composé ou co-composé 10 chansons sur 11 (dont une avec Karimah). Deux tiers ont été écrites entre le mois d’octobre 2014 et aujourd’hui !

La piste n°7 de l’album, I hear you bangin, a fait son petit effet vendredi soir. L’inspiration ? « Karimah a du monde qui a déménagé au-dessus de chez elle, ce sont des amoureux et ils font beaucoup de bruit ! », rigole le guitariste, qui chante aussi sur certains morceaux.



 

« Elvis venait de Memphis ! »

Avec les recettes du double-concert à La Cité francophone et les 2 000 $ offerts par l’Edmonton Blues Society, le duo s’est envolé pour l’International Blues Challenge qui se tient du 20 au 24 janvier à Memphis. « Memphis, dans le monde du blues, c’est l’équivalent de Nashville dans le country… Elvis venait de Memphis ! », s’exclame Robert Walsh, pour qui c’est la deuxième visite. Pour Karimah, c’est la première fois. Son enthousiasme ne fait aucun doute.

Et après ? Two Blue en tournée au Canada ? Pourquoi pas ! « C’est le début de quelque chose… », sourit le bluesman.

 

Petit accident au Café bicyclette : une lampe a été abîmée par un coup de guitare...

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut