L’auteur-compositeur-interprète, Raphaël Freynet a remporté le prix Enregistrement francophone de l’année pour son tout premier album Le monde à voir, au Western Canadian Music Awards (WCMA) tenu au Yukon arts center à Whitehorse le 23 octobre dernier, dans le cadre du festival de musique BreakOut West.

« Je suis extrêmement heureux de recevoir cet honneur. C’est un prix prestigieux puisque ce sont les gens qui travaillent dans l’industrie musicale de l’Ouest canadien qui reconnaissent mon travail dans la production de mon album », confie l’artiste.

Une quinzaine de personnes ont participé à l’assemblée générale annuelle de la Société du Gala albertain de la chanson (SGAC), qui se tenait en marge du Rond Point, le 15 octobre dernier.

« Même si l’année qui se termine a donné lieu à la fin du redressement financier, avec tout ce que cela comporte, on peut dire que 2010-2011 en a été une de relative stabilité », a fait remarquer  le vice président et responsable des opérations à la SGAC, Ronald Tremblay.

Plus de 1000 choristes francophones, des chœurs entiers et des chefs d’Europe, du Québec et d’ici sont attendus dans la capitale albertaine du 8 au 15 juillet pour la 21e édition du festival international des Choralies qui a habituellement lieu tous les trois ans à Vaison-la-Romaine, en France.

Laurier Fagnan, le directeur de la Chorale Saint-Jean d’Edmonton, assurera la direction artistique de l’évènement qui se déroulera sous le thème Toi, moi, tout un monde, qui est aussi une pièce de France Levasseur-Ouimet, professeure  émérite et écrivaine en résidence du Campus Saint-Jean.

Dix-neuf artistes, autant de lieux de diffusion, une cinquantaine de spectacles, dont deux lancements de disque, voilà ce qui attend les adeptes de la musique francophone, du 22 septembre au 1er octobre sur l’avenue Whyte, dans le cadre de la 4e édition du festival Edmonton chante.

« Le festival continue d’évoluer dans la bonne direction. Il commence même à être connu et reconnu », admet, d’entrée de jeu, le directeur artistique de la Société Edmonton chante, Jonathan Guilbault.

Le 27 aout dernier, la compétition de violon Canadian Grand Masters (CGM) a rassemblé 29 violoneux chevronnés au Centre des arts Shenkman à Ottawa. Daniel Gervais, natif de Saint-Paul, a été couronné avec le titre de Grand maitre du Canada, ayant terminé en première place à cette compétition d’envergure nationale.

Un trophée commandité par Renfrew County Fiddlers, un prix de 3500 $ et, bien entendu, un titre prestigieux ont été conférés à Daniel Gervais lors de la remise des prix. « Gagner la première place, c’est tout un honneur pour moi », s’exclame le violoneux de 24 ans. « Ça m’aide déjà beaucoup avec ma carrière. »

Le Festival de théâtre Fringe d’Edmonton est le plus vieux festival Fringe en Amérique du Nord. Du 11 au 21 aout derniers, ayant attiré un nombre sans précédent de 576 000 visiteurs et rassemblé 1387 artistes sur ses 42 scènes, le Fringe d’Edmonton a de nouveau pu affirmer qu’il en était aussi le plus gros.

 

Lancés il y a 50 ans à Edinburgh, en Écosse, les festivals Fringe se veulent un moteur de développement pour le théâtre indépendant, qui pendant l’année peine à trouver des scènes ou du public. Sans distinction et au hasard, tous les artistes y ont accès et, cette année, deux francophones d’Edmonton ont saisi l’occasion.

Pour la première fois en trois éditions, le programme de formation biennal en création artistique Entr’ARTS s’ouvre aux professionnels des arts visuels. Du 25 au 31 aout prochains, ce sont sept d’entre eux qui pourront ainsi profiter des nouvelles installations du Banff Center.

Entr’ARTS, le seul programme de formation artistique professionnel dans l’ouest du pays, accueillera cette année 18 artistes de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba français. L’évènement tenu par le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA) présentera un séminaire multidisciplinaire à deux volets et, pour la première fois, un séminaire en arts visuels.

La troupe de la Chorale Saint-Jean, dirigée par Laurier Fagnan, a vécu des émotions fortes lors de sa tournée française.


Du 6 au 19 juillet, les 51 choristes ont parcouru des villes, villages et îles françaises et ont fait découvrir à leurs habitants la voix francophone de l’ouest du Canada. « Je suis fier de ma chorale, de leur chant, leur comportement, de leur fierté d’être qui ils sont, d’être ce groupe, de faire cette musique », affirme fermement Laurier Fagnan.

« C’est une histoire qui se lit à plusieurs niveaux », indique Guy Armel Bayegnak au sujet de son livre Cœur de lionne, qui a été lancé le 15 juillet dernier à la librairie Le Carrefour d’Edmonton, lors d’une soirée qui a attiré près de 60 personnes.

 

Le roman

Au premier niveau, il y a le récit, l’histoire d’Évina, une étudiante camerounaise qui rassemble ses camarades de classe autour du projet de rénover le Jardin botanique de son université. Elle y travaille sans le soutien de son père, un homme autoritaire qui, tenant à protéger sa réputation et sa fille, voit d’un mauvais œil qu’elle fréquente les gens de son milieu, qu’il considère comme des voyous.

 

Les déesses de l’air, de la terre et de l’eau, ainsi que Yao de feu, le guide des démons fougueux, prendront vie grâce à la troupe du Cirque du Soleil, qui présentera Dralion au Rexall Place d’Edmonton du 6 au 10 juillet prochain.

Dralion, dont le nom évoque la fusion entre les acrobaties de l’occident (dragon) et d’orient (lion), est une production dont l’énergie irradie et de laquelle la directrice musicale Violaine Corradi parle avec passion. « Le concept de Dralion est axé sur la folie merveilleuse, tente-t-elle de décrire. Il y existe un lien à un niveau étonnant entre tout ce qui se passe sur la scène, entre les acrobates, les clowns, les musiciens et les chanteurs. Ça déménage. C’est difficile à définir, c’est un tsunami d’amour. Je suis impatiente que les gens aillent le découvrir. »

Page 20 sur 21
Aller au haut