Qui n’a jamais rêvé de pouvoir lire dans les pensées ? Eh bien c’est ce que la pièce Eavesdrop vous propose, au premier étage du Remedy Cafe à Edmonton (celui sur la 109e rue, tout près du cinéma Garneau). Armé de votre ticket rose du festival Fringe, commandez donc juste une boisson fraîche et installez-vous confortablement à une table, le spectacle va commencer.

Difficile de coller une étiquette au Duo Hoops ! Leur spectacle mêle jonglage, danse, comédie... et bien sûr hula hoop.

 

Toujours en musique, le couple se chamaille (faussement) et s'amuse (vraiment) devant un public souvent hilare et parfois ébahi. Becky réalise notamment de très impressionnants portés, alors que David fait preuve d'un sens de l'équilibre à toute épreuve. La preuve en imaqes.

 


En 1987, le député néo-démocrate Léo Piquette pose une question en français lors d’une session parlementaire de l’Assemblée législative de l’Alberta. Quelle outrecuidance ! Les journaux s’emparent de l’affaire qui prend une ampleur nationale, mettant en lumière les revendications des Franco-Albertains… Voilà le point de départ d'En anglais s'il vous plaît, une pièce bilingue mise en scène par Nancy McAlear et présentée au Fringe Theatre Festival d'Edmonton cette année.

 

Ici à la rédaction du Franco, nous sommes tous des First Time Fringers (j’aime bien l’expression, qui perdrait un peu de sa crédibilité à la traduction, vous m’en excuserez). Nous avons donc décidé de partager avec vous notre regard naïf et impressionnable sur le plus gros festival de théâtre fringe nord-américain.

 

Le Franco s’est inscrit à l’immersion Fringe pour une semaine. Vivez l’expérience avec nous @JournalLeFranco ! 

                    Hommage au multiculturalisme de l’Alberta, la 39e édition du Edmonton Heritage Festival s’est tenue du 2 au 4 août dernier. Parmi les 60 pavillons installés au parc Hawrelak, trois représentaient des pays francophones : le Congo, le Cameroun et la France. Suivez le guide.

« C’est une porte sur le monde.  » Voilà comment Bitupu Mufuta, membre du conseil d’administration de l’Association de la communauté congolaise d’Edmonton, résume le Festival du patrimoine. Difficile de lui donner tort car officiellement, plus de 85 cultures se sont déployées cette fin de semaine dans le très vaste parc Hawrelak d’Edmonton. Cuisine, musique, danse, costumes et arts martiaux… Les visiteurs en ont pris plein les yeux.

 

Les 12 et 13 juin derniers, le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA) tenait son forum annuel des arts de la culture à La Cité francophone, en plus de tenir sa soirée GALA au Campus Saint-Jean. D’ailleurs, cette dernière a contribué à la reconnaissance de l’écrivaine Gisèle Villeneuve et de l’organisme Canadian Parents for French lors de la remise des prix d’excellence.

Cette année, le forum des arts et de la culture a rassemblé plusieurs artistes et organismes culturels d’expression française dans le but de leur offrir une opportunité de partage, notamment lors des tables rondes, en ce qui concerne leurs besoins, défis, enjeux et réalisations.

C’était devant une salle comble au Café Bicyclette que des poètes francophones ont donné voix à leurs œuvres lors de la soirée French Twist du « Edmonton Poetry Festival » le 24 avril dernier.

Dans une collaboration entre le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA) et le Edmonton Poetry Festival Society, c’est la poète et membre du conseil d’administration du RAFA, Pierrette Requier, qui a animé la soirée avec la participation des auteures Jocelyne Verret, Gisèle Lemire, Josée Thibeault, Melissa Morelli Lacroix, Medgine Mathurin et Ariane Marhÿke Lemire.  

Rapidement, nommez quelques-uns de vos artistes préférés de la scène dans les provinces
de l’Ouest qui font de la chanson d’expression française!

Vous pensez peut-être à Chic Gamine et Daniel ROA au Manitoba, Alexis Normand et Shawn Jobin en Saskatchewan, Paul Cournoyer et Mireille Moquin en Alberta... N’oubliez surtout pas ceux qui sont passés avant — les Daniel Lavoie, Gerry et Ziz, Hart Rouge, Gabrielle Bujold, pour n’en nommer que quelques-uns.
 

La pièce « Les Inséparables » de France Levasseur-Ouimet en est à sa première semaine de tournée et déjà, on parle de représentations dans d’autres provinces.

Le projet, piloté par la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA), est une première. Les régions rurales de l’Alberta ne se souviennent pas la dernière fois qu’elles ont accueilli une pièce de théâtre professionnelle, habituées plutôt aux spectacles de musique, même si rares eux aussi.

Du 9 au 11 novembre dernier, l’Association la Girandole tenait trois jours de stage et de formation en danse traditionnelle dans le cadre du projet R. Ces activités étaient dispensées par Zogma, une compagnie de danse professionnelle venue du Québec, qui agissait à titre de mentor.

Le projet R, lancé cet automne, a pour but la revitalisation de la pratique de la danse traditionnelle en Alberta et la valorisation de la culture locale.

Page 15 sur 21
Aller au haut