À sa quatrième édition, la réputation d’excellence du cinéma Paramount et de sa célèbre maison hantée ne fait plus l’ombre d’un doute. À Chaque mois d'octobre, des milliers d’amateurs d’épouvantes en font leur lieu de prédilection et, encore une fois cette année, une visite en vaut le détour.

Ryan Kozar a créé sa première maison hantée dans un entrepôt en 2013. « L’inspiration pour Deadmonton provenait essentiellement de mes visites d’autres maisons hantées en Colombie-Britannique» explique M. Kozar, d’entrée de jeu. « Tout le monde avait du plaisir, autant les acteurs que les participants. J’espérais recréer ce sentiment de frayeur et d’amusement, ici à Edmonton» ajoute- il.

deadmonton house

Pour ce qui est de l’amusement, force est d’admettre que l’organisation de Deadmonton peut déjà s’écrier mission accomplie en raison d’un achalandage monstre. En effet, pour les soirées de vendredi et de samedi, les courageux présents sur place devaient s’armer d’une patience remarquable. « Les temps d’attentes de vendredi et samedi soir dernier pouvaient atteindre jusqu’à 2h30. Tous nos billets Speed Pass ont déjà été vendus cette saison» mentionne le propriétaire de l’établissement.

Est-ce que le divertissement en vaut l’attente? certainement, répondront les fanatiques d’émotions fortes. «J’ai fait la maison hantée deux fois cette année. Ça va plus loin que simplement se faire peur, c’est une création artistique! » mentionne Dylan Burns, un participant présent sur place. « Je conte refaire le parcours une troisième fois, mais complètement seul, question de vivre l’expérience au maximum» rajoute, le participant d’un air enjoué.

 

Une thématique différente à chaque année

 

À chaque édition, la maison hantée du Paramount se réinvente. La précédente, intitulée «Affrontez vos peurs» se concentrait davantage sur les phobies des participants. Or cette année, les créateurs ont décidé d’aller plus loin que nos simples craintes quotidiennes pour s’aventurer davantage dans le domaine du paranormal. « Nous avons créé une histoire à propos de ce vieux concierge du théâtre Paramount qui invoque divers revenants pour faire fuir les nouveaux occupants. C’est très divertissant!» conclut Ryan Kozar.

 

Les personnes intéressées à participer à l’édition 2017 peuvent se renseigner sur le site web de Deadmonton au www.deadmontonhouse.com. Il est également conseillé d’arriver assez tôt en soirée. L’édition 2017 de Deadmonton se poursuivra jusqu’au 5 novembre.


Donner une voix aux aînés! C’est l’objectif avoué du nouveau projet de radio communautaire organisé par la fédération des aînés franco-albertains (FAFA) dans le cadre du 150e anniversaire de la confédération. Intitulé Je me raconte, la nouvelle série d’émissions sera produite à 100% par les aînés et pour les aînés.

C’est en soirée du 21 septembre que près d’une soixantaine de personnes s’est jointe à l’auteure franco-albertaine Stéphanie Bourgault-Dallaire pour célébrer la sortie de son tout nouveau roman, Abigaëlle et la retraite amoureuse. Une célébration qui a eu lieu au Juniper Café Bistro d’Edmonton et qui était des plus spéciales pour l’auteure puisqu’elle marquait la fin de sa trilogie.  

Une quinzaine d’artistes ont offert à plus de 150 personnes des prestations artistiques multiples et variées, samedi 30 septembre au Senior Hall de Canmore. Entre danse, cirque, peinture et photographie, l’art se déclinait sous toutes ses formes pour le plaisir des grands et des petits.

Le rock québécois est à l’honneur cette semaine suite au passage de Lisa Leblanc et du groupe Les Deuxluxes, en Alberta. Après un spectacle commun au Festival Hall de Calgary, les artistes de la belle province poursuivront leur tournée dans l’Ouest canadien, armés d’une énergie emblématique et d’un style qui leur est propre.

De gros véhicules, une cuisine estivale et une touche de créativité. C’est ce que nous propose Sel et Diesel, la nouvelle production franco-albertaine de Far West Productions. Leur objectif ? Nous faire parcourir 10 villes canadiennes pour y découvrir les différentes cuisines de rue qui les animent.

Du 29 août au 4 septembre 2017, une vingtaine d’artistes francophones du Nord et de l’Ouest canadien, ainsi que du Nouveau-Brunswick, ont participé à la 6e édition d’Entr’ARTS au Banff Centre for Arts and Creativity. Ce programme biennal de création artistique, présenté par le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA), a fait place à des séminaires de formation multidisciplinaires destinés aux artistes professionnels et émergents.

Saperlifourchette

Le petit Adam aime manger avec ses doigts, les plonger dans la purée de pommes de terre et en engouffrer une énorme portion. C’est plus facile qu’utiliser une fourchette, mais son père entend bien lui montrer les bonnes manières à la table. Voilà ce que Roxane Turcotte nous raconte dans l’album Saperlifourchette!, illustré par Lucile Danis Drouot.

Du 10 au 20 août 2017, Fierté Montréal a accueilli la première édition de Fierté Canada Pride, qui aura lieu désormais tous les quatre ans dans une ville canadienne différente. Créé à l’initiative de Fierté Montréal, cet évènement a fait la promotion du mouvement LGBTQ+ canadien, en plus d’attirer plus de 2 millions de personnes, dont un groupe de jeunes franco-albertains.    

La série How to be French en Alberta, diffusée depuis le 9 août sur le site de Loft Productions, se penche sur le riche passé culturel et le mode de vie unique des Franco-Albertains. Cette série composée de 6 épisodes dresse le portrait de la communauté francophone à travers le témoignage de plusieurs de ses acteurs-clés, que ce soit dans le monde politique, artistique ou associatif.

Page 1 sur 19
Aller au haut