Du 7 au 11 mai s’est tenue la 13ème édition du Plaisir d’Apprendre par l’entremise de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA). Une fois encore cette année, les aînés francophones de la province se sont réunis pour une semaine universitaire pluridisciplinaire. Le succès de cet évènement ne faillit pas, avec plus de 70 participants, âgés de 50 ans et plus, s’étant déplacés pour cette occasion !

Plaisir dapprendre

La Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) est en plein développement d’un projet qui pourrait sortir les aînés de leur solitude. En partenariat avec l’organisme anglophone Seniors’ Centre Without Walls (SCWW), un service d’appel téléphonique en français permettrait d’organiser des discussions de groupe, brisant ainsi l’isolement social.

Un groupe daines devant le Campus Saint Jean pour le programme le Plaisir dapprendre de la FAFA


Donner une voix aux aînés! C’est l’objectif avoué du nouveau projet de radio communautaire organisé par la fédération des aînés franco-albertains (FAFA) dans le cadre du 150e anniversaire de la confédération. Intitulé Je me raconte, la nouvelle série d’émissions sera produite à 100% par les aînés et pour les aînés.

Du 8 au 12 mai 2017 la Fédération des Aînés franco-albertains a offert, en partenariat avec le Campus Saint-Jean,  la 12 ème édition de la semaine pour les 50+ ; le Plaisir d’apprendre. Cette année encore la semaine a été un grand succès avec plus de 80 participants qui se sont déclarés ravis de leur semaine.  

Les 5 ainees et leurs maquilleuses dun jourMercredi 3 mai, une dizaine d’élèves du cours d’esthétique et de coiffure de l’école Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Calgary ont accueilli cinq aînées du Club de l’amitié, membre de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA). Au programme : manucure et conversations enrichissantes qui ont permis aux deux générations de mieux se connaître.

Il n’y a pas d’âge pour apprendre. Et la centaine de personnes qui participeront en mai prochain à la prochaine Université du 3e âge au Campus St-Jean d’Edmonton ne dira certainement pas le contraire ! Et ils sont de plus en plus nombreux à travers le Canada francophone à s’asseoir sur les bancs universitaires.

Magny Plaisir dapprendre FAFA apprendre2016-6543

C'est à la paroisse Saint-Thomas d'Aquin que la toute première assemblée générale annuelle de la chorale Mélodie d'amour s'est déroulée. Les membres de la chorale et le conseil administratif se sont donc rassemblés, le 4 novembre dernier, afin d'élire les nouveaux membres du conseil et de prendre connaissance des enjeux importants.

C’est le 24 septembre 2016, à Edmonton, que s’est déroulé une autre édition des Jeux Franco+, organisés par la Fédération des aînés francophones de l’Alberta (FAFA). Une centaine de participants provenant de plusieurs régions de la province sont venus découvrir des activités en s’amusant et en créant des nouvelles amitiés.

ainesLe théâtre, ce n’est pas une question d’âge, c’est plutôt un état …d’âme. Encourager les personnes âgées à sortir de leur zone de confort, c’est le défi que s’est lancé la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA) autour de plusieurs ateliers  d’initiation aux arts dramatiques. Rencontre avec tous les protagonistes d’une belle histoire!

 

Un jeudi soir, au manoir St-Thomas, à Edmonton, une trentaine d’ainés s'adonne  non pas à une partie de cartes, ou bien encore à des mots croisés; mais bel et bien à jouer au théâtre. Ce projet, financé par le Ministère de Patrimoine canadien, donne une occasion unique à des personnes âgées de sortir de l’isolement et de la solitude rencontrés parfois dans les maisons de retraite et certaines communautés rurales.


Dans le cadre de la 10e Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels (19-25 avril), la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) s’engage pour dénoncer les maltraitances envers les personnes âgées, comme elle le fait depuis plusieurs années.

La maltraitance peut prendre diverses formes : violence physique ou psychologique, négligence (quand une personne dépendante ne reçoit pas l’aide requise par exemple), violation des droits ou encore exploitation financière. 80% des cas de mauvais traitements ne seraient pas dénoncés, notamment parce qu’ils sont souvent causés par des proches (amis, famille, personnes aidantes…).

« La communauté a parfois l’impression qu’on en a beaucoup parlé et qu’on a épuisé le sujet, explique Yannick Freychet, le directeur général de la FAFA. Nous-mêmes, on en a parfois marre que les aînés soient perçus comme des victimes… Mais selon le ministère de Justice, un aîné canadien sur dix a été victime de maltraitance pendant la dernière année [soit entre 400 et 1000 aînés francophones en Alberta] C’est suffisamment sérieux pour qu’on s’y intéresse. »

Page 1 sur 2
Aller au haut