Le Franco

Le Franco

La radio de Radio-Canada en Alberta, CHFA, change de fréquence radio dans la région de Saint-Paul.

Diffusée sur la fréquence 680 AM, les résidents de Saint-Paul et les environs devront dorénavant syntoniser le 105, 5 FM pour entendre le français sur les ondes de la société d’État.

Or, les auditeurs sont sans radio francophone depuis le 30 novembre dernier, date à laquelle la Première Chaine a cessé sa diffusion sur la bande AM. Le service a repris le 17 décembre dernier, sur la nouvelle fréquence.

Près de 70 personnes se sont réunies à l’Edmonton Hotel and Convention Centre, pour participer au Gala des muses pour marquer le 10e anniversaire de la Coalition des femmes de l’Alberta.

« Depuis le 4 février 2002, qui a marqué l’incorporation de la Coalition, de nombreuses femmes se sont impliquées de diverses façons et ont contribué de façon directe et indirecte au positionnement de la femme dans la francophonie albertaine », a lancé la présidente de la Coalition des femmes de l’Alberta, Gioia Sallustio-Jarvis.

La ville de Saint-Albert a décidé, le 27 novembre dernier, d’honorer ses fondateurs. Désormais, le 14 janvier sera proclamé la journée de reconnaissance aux fondateurs de cette communauté qui a célébré, en 2011, son 150e anniversaire.

« C’est une agréable surprise. On ne s’y attendait pas du tout », s’est exclamé le président de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Centralta, David Fréchette, en réaction à la décision du conseil municipal de proclamer le 14 janvier, la Journée des pionniers.

C’est sur une note positive que s’est tenue, le 17 novembre dernier à La Cité francophone, l’AGA de la FPFA, devant une quarantaine de personnes. En effet, l’organisme a terminé sa dernière année financière (1er septembre 2011 au 31 aout 2012) avec un surplus de plus de 22 000 $. « L’élément à retenir, c’est que notre surplus a permis d’éponger presque entièrement le déficit accumulé que nous avions », a lancé la trésorière Kate Charbonneau.

Cet excédent, la FPFA le doit notamment au Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) qui s’est engagé à verser 100 000 $ par année pendant trois ans pour l’encadrement des prématernelles francophones, à la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA) qui s’est engagée pour 75 000 $ et au Secrétariat francophone (40 000 $).

« En septembre 2011, nous avons commencé la prestation de services, en offrant un appui aux prématernelles qui se trouvent sur le territoire (du Centre-Nord). L’entente est basée sur un appui dans les domaines suivants : structure organisationnelle, ressources humaines, programmation, financement, évaluation, promotion et visibilité », explique la présidente de la FPFA, Claudine Lajoie.

Les cinq conseils scolaires francophones de l’Albertain ont participé à l’assemblée annuelle de leur fédération.

Une trentaine de personnes se sont réunies à Edmonton, le 18 novembre dernier, pour découvrir le bilan de la dernière année de la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA).

« Cette année encore a été marquée par l’esprit de coopération et de travail d’ensemble », a lancé, d’entrée de jeu, la présidente Chantal Monfette.

La paroisse francophone située à l’ouest d’Edmonton emménage au centre-ville où elle partagera les espaces de la paroisse Saint-Joachim.

Les paroissiens de Sainte-Anne ont tenu leur première messe collective avec les paroissiens de Saint-Joachim le 10 novembre dernier.

« Les deux paroisses gardent leur identité. Il ne s’agit pas d’une amalgamation, mais d’une cohabitation. Saint-Joachim a bien voulu nous accueillir », précise la secrétaire au conseil paroissial de la paroisse Sainte-Anne, Suzanne Lamy-Thibaudeau.

Le Canadien d’origine camerounaise Guy Armel Bayegnak a officiellement lancé son deuxième ouvrage, Le plancher se dérobe, devant près d’une trentaine de personnes, qui ont bravé la tempête de neige pour venir encourager l’auteur, à La Cité francophone, le 9 novembre dernier.

« Ce deuxième livre est en quelque sorte une suite du premier roman », a affirmé l’auteur en faisant allusion à Cœur de lionne qui avait été lancée en juillet 2011.

L’école Desrochers a célébré son 10e anniversaire par un banquet, le 10 novembre dernier à l’hôtel Sawridge devant près de 130 personnes, dont près d’une trentaine d’Edmonton.

« Merci de vous être déplacés en si grand nombre, vous ne pouvez pas savoir combien cela nous fait chaud au cœur », a lancé le conseiller scolaire Laurent Bolduc en faisant allusion à toutes les personnes qui s’étaient déplacées de la capitale albertaine pour l’occasion. « Cela a été 10 ans d’efforts et cela n’a vraiment pas été facile, comme vous pouvez l’imaginer », ajoute-t-il.

Contrefaçon de marques de commerce, violation du droit d’auteur et vol de télécommunication dans la mire de la GRC.

L’Association des juristes d’expression française de l’Alberta (AJEFA) donnait le coup d’envoi à sa saison de miniconférences, les 23 et 24 octobre dernier, à Calgary et Edmonton respectivement.

Près d’une quinzaine de personnes se sont réunies à chacune de ces sessions pour entendre l’enquêteur à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Martin Bouchard, parler de crimes contre la propriété intellectuelle.

Profitant de son Gala des prix d’excellence 2012, le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) a procédé à une remise de l’Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien.

« Je suis très touché de remettre ce soir l’insigne de Premier Degré de l’Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien à un homme  qui a donné de son temps, de son énergie et de son courage pour le vivre ensemble. C’est un travailleur acharné et lucide, doté d’une éthique élevée, gage de désintéressement », a lancé le président-directeur général du CDÉA, Marc Tremblay, en parlant de Gilles Bouchard.

Page 9 sur 19
Aller au haut