flag-472394 1920Le 1er janvier, les Albertains se réveilleront devant un paysage politique grandement différent de ce qu’il était à pareille date l’an dernier. L’année 2015 a débuté avec le Parti conservateur bien en place à Ottawa et à Edmonton. L’année 2016 débute pour sa part avec un gouvernement libéral majoritaire à Ottawa et un gouvernement néo-démocrate majoritaire à Edmonton, les deux ayant des politiques radicalement différentes de celles de leurs prédécesseurs. Les deux partis ont été élus en promettant d’amener du changement. Déjà, on peut au moins noter un changement de ton, même si la route qui mène aux changements de fond est encore bien longue.  

Au début de l’année, peu de gens entrevoyaient sérieusement la possibilité que les libéraux de Justin Trudeau remportent un gouvernement majoritaire. Le chef libéral, dépeint par ses adversaires conservateurs comme léger et inexpérimenté, aura su profiter de la longue campagne électorale pour incarner un changement à la fois politique et générationnel. L’Alberta, qui soutenait les conservateurs en bloc depuis leur arrivée au pouvoir en 2006, a envoyé quatre élus libéraux aux Communes. L’un d’entre eux, le député d’Edmonton Mill Woods, Amarjeet Sohi, siège au Cabinet comme ministre de l’Infrastructure et des collectivités. Ce gouvernement libéral s’annonce radicalement différent du précédant. Déjà, sur de nombreux dossiers, le ton a été donné, à commencer par l’environnement.

Aller au haut