La une du dernier Charlie Hebdo, sorti le 14 janvier, a été particulièrement mal reçue par une partie du monde musulman, provoquant des manifestations parfois violentes. Face à cela, la Communauté musulmane Ahmadiyya du Canada appelle au calme et à la prière.

Un communiqué de la communauté Ahmadiyya canadienne, paru le 15 janvier, exhorte tous les musulmans au calme et à la prière pour la paix mondiale. « Les auteurs de l’attaque brutale contre Charlie Hebdo et le supermarché casher peuvent chercher à justifier leurs actes au nom de l’islam et au nom du prophète Mahomet, mais leurs actions n’ont aucun rapport avec les véritables enseignements de l’islam. » explique Safwan Choudhry, porte-parole du mouvement. Selon un verset du Coran, Allah ne donnerait la permission à personne de venger des actes calomnieux mais se réserverait le droit de le faire lui-même dans l’au-delà.

Pour les Ahmadis, l’islam ne limite pas la liberté de parole, d’expression ou de religion, « même s’il enseigne à ne jamais heurter intentionnellement les sentiments de quelqu’un ». Mais la communauté Ahmadiyya, si elle condamne les violences qui ont suivi la sortie du dernier Charlie Hebdo, n’encourage cependant pas les caricatures du prophète. « La décision de publier plus de représentations dessinées du prophète Mahomet pourrait augmenter le fossé entre les musulmans et les non-musulmans vivant en Europe et dans le reste du monde occidental. »

Samedi 8 novembre, une centaine de musulmans ahmadis se sont réunis devant la mairie d’Edmonton pour manifester contre tous types de violences, notamment celles perpétrées à Ottawa par Michael Zehaf-Bibeau, un Canadien converti à l’islam radical.

Le 22 octobre dernier, Michael Zehaf-Bibeau, un Canadien de 32 ans converti à l’islam radical, abattait un soldat à proximité du Parlement d’Ottawa, avant d’être lui-même tué. Le premier ministre n’a pas hésité à le qualifier de « terroriste ». Pour exprimer leur solidarité avec le Canada et condamner ces violences, une centaine de musulmans ahmadis se sont donné rendez-vous samedi 8 novembre devant la mairie d’Edmonton.

« Bien qu’on ne connaisse pas clairement les motifs de M. Zehaf-Bibeau, les médias, les déclarations officielles, ainsi que les médias sociaux n’ont pas attendu pour souligner le fait qu’il s’était converti à l’islam, relève Hamid Rahman, porte-parole francophone de la Communauté Islam-Ahmadiyya du Canada, qui prône un islam réformiste. Les attaques d’Ottawa nous interpellaient donc, et garder le silence n’était pas une option. Il fallait réitérer que les actes de violence n’ont pas de religion ; et ne trouvent certainement pas de caution dans le Saint Coran ou dans la pratique du fondateur de l’islam, le prophète Mohammad, paix soit sur lui. »

Aller au haut