Quand je suis en vacances dans le Sud, je m’ennuie souvent du Nunavut. Après quelques jours, j’en ai assez du magasinage, du trafic et de l’anonymat des grandes villes. Je crois que c’est pour cette raison que je suis toujours à l’affut de ce qui est écrit sur le Nord. De cette manière, je peux voyager tout en lisant un roman qui me rappelle le Nunavut. Au cours des dernières années, plusieurs livres en français dont l’histoire se déroule en terre inuite ont été publiés. Voici donc quelques suggestions de lecture, si vous voulez à votre tour découvrir ce territoire vaste et pur.

Nunavoix LectureNordique LectureNordique Photo

Peut-être vous envolerez-vous bientôt pour une destination soleil… Outre le maillot de bain et la crème solaire, pourquoi ne pas glisser un livre dans vos bagages ? La lecture est toujours une bonne compagne à l’aéroport, sur la chaise longue ou dans le confort de votre chambre. Je vous propose trois polars et un nouveau genre littéraire, soit la twittérature.

Sylvestre Bain de sang

À l’occasion du lancement de Rising Abruptly, qui a eu lieu le mardi 13 septembre à la librairie du Shelf Life Books à Calgary, Le Franco a rencontré l’auteure pour parler du recueil de nouvelles et de son univers.

Le 14 mai dernier a eu lieu le lancement de la version française d’une série de livres pour enfants intitulée « La charte pour les enfants ». Ces livres traitent de sujets complexes entourant les droits humains, mais de façon inventive et accessible pour les jeunes. Le droit d’être instruit en français ou en anglais, le droit de croire et d’avoir la foi et le droit à l’égalité, peu importe sa couleur, font tous partie de cette surprenante série de 14 livres. L’auteur, Dustin Milligan, est avocat dans la région de Toronto.

 

L’artiste franco-albertaine Pierrette Requier débute officiellement son contrat de deux ans comme poète de la Ville d’Edmonton le 1er juillet. Elle est la première lauréate francophone à recevoir cet honneur.

 

La poète originaire de Donnelly, dans la région de Rivière La Paix,  deviendra en quelque sorte l’ambassadrice de la littérature de la Ville d’Edmonton. Elle aura l’occasion d’organiser des évènements et de mettre sur pied des projets visant à faire grandir la poésie dans la capitale albertaine. « C’est sans doute l’un des plus grands moments de ma vie. J’ai hâte d’inspirer les gens et de les aider à faire ressortir le poète en eux », affirme l’artiste qui cumule plus de 15 ans d’expérience dans le domaine.

Les vélos n’ont pas d’états d’âme est un court roman de littérature jeunesse rédigé par Michèle Marineau. Cette composition remplie d’humour, d’intrigues et bien sûr d’états d’âmes est recommandée pour les dix à seize ans. Ce chef-d’œuvre littéraire pour ados sera apprécié par les filles ainsi que les garçons et n’attend que vous pour vous plonger dans un monde de suspense et de mystères à n’en plus finir. Il y a d’abord Laure, dont le passé est un mystère. Jérémie qui voudrait bien résoudre ce mystère. Et Tanya qui réagit très mal à l’intérêt que Jérémie porte à Laure. Il y a également des vélos, des chevaux et des états d’âmes... Il y a surtout la vie pleine de contradictions et de surprises. Et, une fois le mystère résolu, il reste encore à apprivoiser cette vie – une vie qu’on choisit, qu’on bâtit, pas une vie qu’on se contente de subir.

Mon avis : 5/5

Tout d’abord, une des choses que j’ai le plus appréciées dans ce roman, ce sont les personnages. Grâce à leurs caractères uniques et leurs personnalités fortes, ils réussissent tous à avoir une individualité qui n’appartient qu’à eux. Pour commencer il y a Laure, une fille très élégante toujours maquillée et coiffée impeccablement. Un personnage profond qui vient récemment de faire face à des tragédies atroces. Quant à Jérémie, ce dernier joue le rôle du héros, avec une personnalité attachante, comique et de temps en temps un peu banale…

Au-delà du mur, tome 1 de la trilogie Insoumise, est le premier roman publié de la jeune auteure de 18 ans Mathilde Saint-Jean (maison d’édition Guy Saint-Jean). Insoumise est une trilogie futuriste. L’histoire se déroule après la Troisième Guerre mondiale et raconte la vie difficile d’Emma, une ado de 17 ans qui lutte pour sa survie. Puisqu’on raconte certaines choses avec beaucoup de détails et que, parfois, ce sont des sujets un peu plus sensibles, Au-delà du mur est destiné à un public entre 13 et 18 ans.

Emma habite dans la partie basse de La République, un nouveau pays qui a émergé des pays disparus et ravagés par la Troisième Guerre mondiale. Le gouvernement pense que pour avoir un parfait équilibre au sein de son pays, il doit y avoir un côté où les riches habitent, la Haute République, et un côté où les pauvres habitent, la Basse République. La frontière entre les deux est infranchissable : un mur de brique et de fils barbelés divise les deux moitiés. Il est tout simplement impossible de sortir de sa misère en Basse République car le gouvernement s’en assure. Par exemple, un seul enfant dans la famille a le droit de travailler, il y a un couvre-feu et une tonne d’autres règlements. La différence, comme la maladie mentale, est interdite alors Noah, le petit frère d’Emma, doit rester caché pour survivre. Il est strictement défendu d’avoir la moindre opinion et chaque geste est surveillé. Une parole de travers et tu te retrouves étiqueté avec le nom d’insoumis ou d’insoumise et seras voué à une fin tragique. La ville grouille de patrouilles qui pourraient te blesser ou même te tuer facilement. À 19 ans, tous les hommes doivent faire un service militaire de 5 ans mais aucun ne revient après cette période. Les militaires n’ont pas le droit de communiquer avec leur famille et amis. Le grand frère d’Emma, Adam, devra bientôt s’enrôler mais la famille s’en sort très mal économiquement parlant. Emma trouvera une solution qui pourrait lui coûter la vie : traverser. Emma devra oublier son ancienne vie car, si elle veut survivre, elle n’aura tout simplement pas le choix.

Le 23 mai, la quatrième édition de French Twist, versant francophone du Edmonton Poetry Festival, s’est tenu à l’Alliance française. Douze auteurs francophones se sont succédé au micro pour déclamer ou lire un texte poétique. Gisèle Villeneuve, une romancière québécoise installée en Alberta depuis 1978, a choisi un extrait de son carnet d’écrivain actuellement au stade de manuscrit.

Quand elle avait 15 ans, Gisèle Villeneuve a écrit un roman d’aventure en dix chapitres dans le cadre d’un cours de français. On pouvait y déceler l’empreinte de ses héros de l’époque : Bob Morane et Nick Jordan. Trouvant qu’elle avait du talent, son grand-père a fait lire le fameux texte au poète québécois Alfred DesRochers, qui a ensuite rédigé une lettre à l’écrivaine en herbe. « Il m’encourageait à continuer. Il me comparait à Germaine Guèvremont et Françoise Loranger… C’était des grands noms ! », se souvient Gisèle. Mais à l’époque, elle ne prend pas le poète au sérieux et décide de ne pas lui répondre. « Je pensais qu’il était juste gentil ! », assure la Montréalaise d’origine.

Toujours est-il que Gisèle Villeneuve devient écrivaine. Quelques décennies passent et la voilà désormais plus proche de la fin de sa carrière que de son début. Elle décide alors d’écrire un ouvrage en réponse à la lettre d’Alfred DesRochers, bien qu’il soit décédé en 1978. L’auteure souhaite lui raconter son parcours, ses souvenirs, ses impressions sur le monde... Il y a deux ans, elle découvre que Roland Barthes avait écrit la sienne à la troisième personne : « C’est un peu comme un carnet d’écrivain où il parle de son enfance mais aussi de son travail de sémiologue et de la vie de tous les jours, [le tout organisé] en fragments titrés. » Ce mélange de fiction et de réel s’amusant des mots et de leur musicalité lui plaît. C’est ainsi que Gisèle commence l’écriture de son propre carnet d’écrivain.

Le journal d’Aurélie Laflamme est une série de romans pour les jeunes écrits par India Desjardins et publiés aux éditions Les Intouchables. Le premier tome Extraterrestre ... ou presque ! est paru en 2006. Cette collection de romans a été tellement aimée du jeune public féminin que plus d’un million d’exemplaires ont été vendus. Après de nombreuses années, la série s’est rendue en France où elle a connu un franc succès. Extraterrestre … ou presque ! est devenu un film il y a quelques années et le deuxième film va sortir d’ici quelques mois. La série comporte en tout huit tomes.

La série raconte la vie d’Aurélie Laflamme, une adolescente de 14  ans qui a perdu son père à l’âge de 9 ans. La vie d’Aurélie est loin d’être parfaite. Elle est enfant unique et ça ne veut pas dire pour autant que ça ne brasse pas dans la maison parfois. Sa mère, France Charbonneau, est célibataire et accro au ménage. Aurélie va dans une école privée pour les filles seulement et sa meilleure amie Kat (Katryn Demers) croit que c’est pour se sauver des garçons. La jeune fille a de très mauvaises notes à l’école, elle est loin d’être une élève exemplaire et se retrouve presque tout le temps dans le bureau du directeur. La seule matière dans laquelle elle est douée est le français. Aurélie se sent comme une extraterrestre depuis la mort de son père. Elle commence à se poser énormément de questions sur l’univers et sur elle-même.

Ariel à l’école des espions est une série de romans d’aventures rédigée par Evelyne Gauthier et dédiée aux jeunes de dix à douze ans. Ces romans plongent les lecteurs dans un univers d’adrénaline dès le premier tome, comportent des scènes de problématiques amoureuses, ainsi que des disputes entre amies, des techniques d’espionnage, des stratégies et des rebondissements inattendus.

Cette histoire nous parle d’Ariel, une adolescente de seize ans dont la vie bascule le jour où elle gagne un concours de jeux vidéo national et mérite une entrée à l’école des espions du Service canadien du renseignement de sécurité, aussi connu sous le nom de la SCRC. Attristée par la nouvelle de devoir déménager à Ottawa et quitter sa meilleure amie, elle réussit tout de même à trouver le défi exaltant et se débrouille plutôt bien à l’école malgré tous les obstacles qu’elle a à surmonter. Grace à son attitude, elle est rapidement envoyée dans une école privée pour sa toute première mission qui consiste en mettre la main sur des capsules antimatière sans se faire prendre par l’enseignant d’origine russe soupçonné de les avoir volées.

Page 1 sur 2

Édition de la semaine

Abonnez-vous à la version électronique ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

L'annuaire francophone 2017

Aller au haut