La journée portes ouvertes de la garderie francophone Les petits oursons de St-Paul a eu lieu dimanche 4 juin 2017 de 10h à 14h. Une quarantaine de personnes, parents et enfants, est venue visiter le centre qui accueille les petits de un à quatre ans.


Garderie

« Le but de ces portes ouvertes était de faire connaître notre service et notre garderie auprès de la communauté de St-Paul et de montrer toutes les rénovations et les améliorations apportées », explique Sophie Quesnel, directrice de l'établissement Les petits oursons.  

Depuis janvier 2017, la garderie n'est plus gérée par l'ACFA mais par le Conseil Scolaire Centre-Est. « La journée a également été l'occasion d'officialiser ce transfert », souligne Héloïsa Chagas, directrice de l'ACFA régionale de St-Paul. Le Conseil Scolaire ayant plus de ressources, c'est ce qui a permis de rafraîchir les locaux de la garderie.

Trois mois de travaux de rénovation

Entre la peinture aux couleurs plus vivantes, une rénovation de la cuisine et le remplacement des fenêtres, beaucoup de changements ont été apportés depuis le mois de mars pour encore mieux accueillir les enfants. La liste s'allonge avec de nouveaux jouets, casiers et équipements à l’attention des plus jeunes.  

« Les enfants ont eu la chance de s'amuser avec tous les nouveaux jouets. On avait aussi un beau bar à bonbons avec des collations », raconte la directrice de la garderie, Sophie Quesnel. Selon elle, les petits se sont beaucoup amusés pendant que les parents ont pu visiter les locaux rénovés et poser des questions au personnel présent au sujet des programmes. « Les gens qui sont passés dans le centre n’avaient que de bons commentaires à nous dire », souligne la directrice, très satisfaite de l'évènement.

Presque complet pour la rentrée

L'équipe composée de quatre éducatrices qualifiées et d'une cuisinière permet à la garderie Les petits oursons d'avoir une capacité d'accueil de 20 enfants. Avec beaucoup de nouvelles inscriptions, seulement quelques places sont encore disponibles pour la rentrée en septembre. Dépêchez-vous !  
Garderie1

 « Les gens qui sont passés dans le centre n’avaient que de bons commentaires à nous dire » - Sophie Quesnel   

Les membres du conseil d’administration de Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA) ont donné une conférence de presse, le 2 juin, à la Cité francophone. Le but de ce point presse était d’annoncer les nouveaux projets pour l’année 2017-2018 à l’ensemble de la communauté. À quoi doit-on s’attendre pour le 45e anniversaire de l’organisme ? Rapide tour d’horizon en ce qui concerne la programmation.

FJA

 

Cette année, le FJA pourra compter sur les projets déjà mis en place, mais aussi sur quelques nouveautés. La programmation de la soirée Get French en collaboration avec le Festival Edmonton Chante permettra à un public aussi bien francophone qu’anglophone d’écouter une programmation éclectique.

C’est une soirée très attendue, en somme, qui accueillera des artistes tels que Karimah, Shawn Jobin, Jacques Jacobus de radio-radio, Dj Miss Shelton et tant d’autres qui se donneront en spectacle pour l’occasion.

FJA souhaite affirmer son leadership et exprimer ainsi sa fierté dans bien des domaines. Sympa César, 19 ans, membre du conseil d’administration, a annoncé que le comité Par et Pour les jeunes assistera à La parade Pride le 10 juin prochain à laquelle une dizaine de jeunes participeront. Pour la première fois dans l’histoire de la francophonie albertaine, une représentation FrancoQueer sera présente à l’événement. Cinq membres du comité participeront par ailleurs à une conférence nationale à Montréal sur les droits LGBTQ+ du 15 au 17 août prochain.

Le plus grand rassemblement d’expression française en Alberta (RAJE) se déroulera également le 13 octobre à Calgary. L’événement se donne comme mission cette année de rassembler 750 élèves de la 7e à la 12e année. Une entente a été signée en partenariat avec le Conseil scolaire FrancoSud afin que 300 jeunes de leurs écoles puissent participer. “Le plus gros défi est d’une part de stimuler la présence des jeunes venant des régions éloignées, et d’autre part de créer un sentiment d’appartenance à la langue vis-à-vis des jeunes du sud de la province”, a souligné Casey Edmunds, directeur général de FJA. Des ateliers d’arts, de sport, de sciences ainsi qu’une diversité d’artistes et un grand spectacle PAR et POUR les jeunes contribueront à dynamiser le rassemblement.

Dans le courant de l’été, FJA accompagnera la délégation albertaine à Moncton-Dieppe, au Nouveau-Brunswick, pour participer à la 7e édition des Jeux de la francophonie canadienne du 10 au 16 juillet. Près de 1 200 jeunes se disputeront ainsi une place de choix dans les trois volets arts, sport et leadership et ce, dans onze disciplines. L’organisme invite ses membres et la communauté à soutenir l’équipe de l’Alberta lors d’un BBQ communautaire, le 8 juillet à 18h à l’école Maurice Lavallée.

 

FJA1

Vendredi 6 mai 2017 à 13h30 s'est tenue la présentation finale de la deuxième édition du grand rassemblement des harmonies du Conseil scolaire FrancoSud. Pas moins de 150 élèves de la 4e à la 12e et venant de plusieurs écoles ont offert un concert commun au Southminster United Church de Lethbridge après une journée d'ateliers et de répétitions à l'école La Vérendrye.

 

Harmonie FrancoSud 1

« La musique, c'est une discipline. C'est une autre façon de communiquer et les enfants en ont besoin », explique Sandrine Coronat, directrice de l'école La Vérendrye. L'année dernière, trois professeurs de musique d'écoles du Conseil scolaire FrancoSud ont travaillé en collaboration pour mettre en place le rassemblement des harmonies. Une occasion pour des jeunes musiciens de tous niveaux de partager leur passion commune et de pratiquer la musique tous ensemble. Cette année, cinq écoles ont participé à l’événement : La Vérendrye (Lethbridge), La Rose Sauvage (Calgary), Notre-Dame des monts (Canmore), Beausoleil (Okotoks) et Sainte-Marguerite-Bourgeoys (Calgary).

 

« Aujourd'hui, les jeunes ont travaillé très fort et ils ont hâte de jouer », précise Kevin Bergeron, chef d'orchestre de l'Harmonie jeunesse de la Vérendrye, lors de la présentation du concert. Durant une heure, chaque harmonie a joué une ou plusieurs pièces devant un public de plus de 70 personnes. Les élèves ont interprété entre autres des musiques de films comme Pocahontas ou encore Pirates des Caraïbes. Pour le morceau final, tous les musiciens étaient réunis sur scène pour jouer l'œuvre Trumpet Voluntary, avec pour chef d'orchestre Kevin Bergeron.

 

Une journée de formation avec des professionnels

 

La veille, les jeunes musiciens des cinq établissements participants se sont retrouvés à l'école La Vérendrye pour une journée de formation. Divisés en groupe suivant leur instrument, ils ont assisté à des ateliers animés par des professeurs de musique de l'Université de Lethbridge. D'après la directrice de l'école, les élèves ont vraiment apprécié ces animations qui leur ont permis de développer leurs techniques instrumentales auprès de professionnels spécialisés.

 

Pour la première édition, le rassemblement des harmonies s'était déroulé à Calgary. « On fait une rotation. C'est important que les enfants puissent voyager dans chacune des villes », souligne Sandrine Coronat. Les organisateurs espèrent pouvoir poursuivre cette expérience l'année prochaine dans une autre école participante.

« La musique, c'est une discipline. C'est une autre façon de communiquer et les enfants en ont besoin » - Sandrine Coronat

 

Harmonie FrancoSud 2

Gagnants 5-6.GEH2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La 8e édition du tournoi de Génies en herbe Nord s’est tenue les 4 et 5 mai derniers à l’école Alexandre-Taché, à Saint-Albert. Cet événement est le fruit d’une étroite collaboration entre le Conseil scolaire Centre-Nord et l’ACFA provinciale qui ont ainsi permis de promouvoir l’appartenance à la langue et la culture francophones, de renforcer les connaissances scolaires des élèves, et de tisser des liens dans la communauté.

Plus de cent jeunes de la 5e à la 9e année et issus de quatorze écoles se sont affrontés en équipes dans une sorte de Trivial Pursuit géant. Soumis à des questions de culture générale diverses et variées, allant des mathématiques à l’actualité en passant par l’histoire, l’orthographe, la géographie et les sciences, les élèves ont pu démontrer toute l’étendue de leurs connaissances.

De l’amusement et des connaissances !

Jean Johnson, président de l’ACFA, a salué l’importance de l’événement : « le tournoi Génies en herbe est devenu un incontournable, et je m’en réjouis, car en plus de promouvoir l’utilisation du français, il permet d’apprendre et de repousser ses limites tout en s’amusant ».

Si la compétition se veut avant tout être un rassemblement amical, les jeunes s’étaient tout de même préparés avec beaucoup de sérieux : « le niveau des élèves était impressionnant ! Les jeunes ont répondu à des questions très difficiles », relate Éric Dion, conseiller pédagogique au Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN).

Un regroupement convivial qui crée des liens

Robert Lessard, directeur général du CSCN, est pleinement satisfait de la rencontre : « Quel plaisir de voir nos élèves mesurer leurs connaissances générales avec leurs collègues d’un peu partout en province ! », se réjouit-il. Éric Dion souligne lui aussi le caractère rassembleur de l’événement : « le tournoi est une compétition saine entre les écoles. Les élèves représentent leur école mais c’est tellement beau de les voir tisser des liens et socialiser avec toute la communauté du Conseil scolaire ! », s’exclame-t-il. Selon lui, l’événement constitue un « développement du réseau socio-linguistique des élèves ».

Malgré la convivialité de la rencontre, dans toute compétition il faut des gagnants. Dans la catégorie des 5e et 6e années, c’est l’école La Mission qui s’est imposée. L’école Alexandre-Taché l’a emporté, elle, dans la catégorie 7e année, et l’école Joseph-Moreau a reçu les honneurs dans la catégorie 8e et 9e années.

Enfin, il faut souligner la participation des parents, des directions d’écoles, des professeurs, des employés scolaires communautaires et des bénévoles sans qui le concours ne serait pas un succès chaque année depuis huit ans.

« C’est tellement beau de voir les jeunes tisser des liens et socialiser avec toute la communauté », Éric Dion

Gagnants 8-9.GEH2017

 

DSC 0343 1Près de 110 jeunes sont venus participer du 28 au 30 avril au Parlement Jeunesse francophone de la province. Une occasion de parler en français et d’en apprendre un peu plus sur les rouages du fonctionnement de la société canadienne. Un exercice de style qui aura permis aux jeunes de réaliser des simulations parlementaires dans un décorum plus vrai que nature : la Législature !

 

« Chaque année, il y a toujours de nouvelles affaires et je suis toujours impressionnée par le progrès des jeunes », déclare Caroline Kreiner, coordinatrice du bureau d'animation en leadership et responsable du volet journalisme cette année. L’art oratoire prend une place prépondérante dans ce type d’événements. Le Parlement Jeunesse de l’Alberta (PJA) est l’occasion pour les jeunes de s’exprimer en français et de développer leurs aptitudes à prendre la parole dans la langue de Molière. C’est aussi le moment opportun pour un jeune d’en apprendre un peu plus sur le devoir civique en général. « Comment un projet de loi devient une loi, mais aussi comment le gouvernement fonctionne-t-il ? C’est un excellent complément au cours d’études sociales », explique la coordinatrice. Cette simulation parlementaire est la 26e édition d’une longue série. Denise Lavallée était l’initiatrice de ce projet voilà de ça quelques années.

 

Cette année, les projets de loi ont abordé des sujets graves tels que : la santé albertaine, la peine de mort et la récolte d’organes, la nationalisation pétrolière et l’éducation des parents prospectifs. Tous ces sujets ont été choisis par les jeunes. Selon la coordinatrice, les sujets sont d’abord sélectionnés par le cabinet. « Les jeunes, les ministres comme on les appelle, travaillent avec les membres du cabinet sur des projets de loi préférablement controversés pour stimuler la discussion, c’est vraiment par et pour les jeunes », explique Caroline Kreiner. Les adultes ne participent donc pas à ce processus.  

 

Les jeunes puisent généralement leurs idées dans l’actualité tant provinciale qu’internationale. Selon la coordinatrice, la question environnementale est importante en Alberta, les jeunes s’intéressent donc à ce qui se passe tant dans leur province que dans les autres pays, afin de comparer et d’animer le débat.

 

Le PJA a rassemblé des jeunes venant aussi de Falher, Jasper, Cold Lake et Lethbridge.   

 

Le premier projet de loi à être adopté portait sur la santé albertaine et le second sur la peine de mort et la récolte d’organes. « Le PJA est actuellement le plus grand parlement jeunesse provincial au Canada », souligne Caroline Kreiner.  

Les jeunes préfèrent nettement YouTube à la télévision, mais ne produisent pas de contenu. Voilà le constat qu’ont fait Alex Normand et Marie-Josée Lalande lors de leur tournée Fliptubeurs qui les a menés dans 14 écoles de 6 provinces canadiennes.

Joly Former la releve YouTube  DSC1100

Depuis le mois de janvier, un mercredi sur deux, de 10h à 11h, l'ACFA régionale de Lethbridge propose l'atelier Petit Picasso, animé par Destiny McLean. Accompagnés de leur maman, les enfants de 3 à 5 ans viennent pour apprendre à faire du découpage, du collage, de la peinture et bien plus encore.

17-04-02 Petit Picasso

Pour la première fois en Alberta, un concours d’humour francophone pour les jeunes vient de voir le jour. Son introduction s’inscrit dans une plus large tendance à travers le pays où l’humour en français fait salle comble.

Pilleri La francophonie tout en humour Ontario

La 7e édition du Forum jeunesse pancanadien s’est déroulée du 16 au 19 février à Calgary. Plus de 80 jeunes venant de tout le pays se sont réunis pour discuter autour des trois valeurs clés du forum: inclusion, réconciliation et valorisation des différentes manières de s’exprimer ou parlers.

FJP2017 Credit photo- Facebook FJCF

C’est une première dans la Francophonie albertaine ! Le vendredi 18 novembre un panel sur la diversité sexuelle, lancé par Francophonie Jeunesse Alberta, en collaboration avec la Fédération des parents francophones de l’Alberta, s’est déroulé au Campus Saint-Jean. Plus d’une trentaine de personnes ont assisté à l’évènement. Le but de la rencontre ? Sensibiliser et parler sans tabou des défis et des enjeux liés à l’identité sexuelle, l’identité de genre et de l’orientation sexuelle. Une rencontre parfois teintée d’émotion tant pour les jeunes, que pour certains des parents qui ont répondu présents à l’invitation !

Page 1 sur 3

Édition de la semaine

Abonnez-vous à la version électronique ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

L'annuaire francophone 2017

Aller au haut