Mardi 4 octobre, 40 affiches à connotation raciste ont été retirées des murs de l’Université de Calgary. Le message est sans équivoque, violent et s’adresse aux musulmans. Aux musulmans ou bien aux intégristes musulmans ? Quelle est la différence entre une personne de confession musulmane et un fanatique qui, sous couvert d’une religion qu’il prétend connaître, prône barbarie, terreur et violence ? L’amalgame ! Voilà le piège suprême, le miroir aux alouettes de la catégorisation facile.

La une du dernier Charlie Hebdo, sorti le 14 janvier, a été particulièrement mal reçue par une partie du monde musulman, provoquant des manifestations parfois violentes. Face à cela, la Communauté musulmane Ahmadiyya du Canada appelle au calme et à la prière.

Un communiqué de la communauté Ahmadiyya canadienne, paru le 15 janvier, exhorte tous les musulmans au calme et à la prière pour la paix mondiale. « Les auteurs de l’attaque brutale contre Charlie Hebdo et le supermarché casher peuvent chercher à justifier leurs actes au nom de l’islam et au nom du prophète Mahomet, mais leurs actions n’ont aucun rapport avec les véritables enseignements de l’islam. » explique Safwan Choudhry, porte-parole du mouvement. Selon un verset du Coran, Allah ne donnerait la permission à personne de venger des actes calomnieux mais se réserverait le droit de le faire lui-même dans l’au-delà.

Pour les Ahmadis, l’islam ne limite pas la liberté de parole, d’expression ou de religion, « même s’il enseigne à ne jamais heurter intentionnellement les sentiments de quelqu’un ». Mais la communauté Ahmadiyya, si elle condamne les violences qui ont suivi la sortie du dernier Charlie Hebdo, n’encourage cependant pas les caricatures du prophète. « La décision de publier plus de représentations dessinées du prophète Mahomet pourrait augmenter le fossé entre les musulmans et les non-musulmans vivant en Europe et dans le reste du monde occidental. »

C’est le 23 octobre, à la mosquée Calgary Islamic Centre (SW Mosque) sur la 14e avenue sud-ouest, qu’a eu lieu la rencontre mensuelle Abraham’s Tent. Cette occasion de dialogue est coordonnée par le révérend diacre Adrian Martens, coordonnateur des Affaires œcuméniques et interreligieuses du Diocèse catholique romain de Calgary. Connu à l’origine sous le nom de Muslim-Christian Dialogue, le programme de sensibilisation et de partage interreligieux fonctionne à Calgary depuis déjà plus de sept ans. Le sujet de la rencontre  du mois d’octobre était : The Middle East, Islam, and Terrorismet avait lieu à la mosquée.

La fusillade survenue sur la colline parlementaire à Ottawa a rendu cette rencontre ordinaire encore plus importante que prévue et le groupe d’une douzaine de participants accueillait ce soir-là deux représentants de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), des équipes intégrées de la sécurité nationale.  Ils étaient présents pour « rassurer le groupe » et rappeler aux participants « d’être aux aguets pour quelconque comportement suspect qui pourrait suggérer une menace terroriste », selon les deux agents qui ne souhaitaient pas être nommés dans les médias.

Aller au haut