Il n’est pas rare de recevoir un courriel, d’une entreprise dont vous êtes déjà client, vous demandant de rentrer vos informations personnelles, et ce, dans le seul but d’extirper vos renseignements bancaires. C’est de l’usurpation de marque ou fraude en ligne. Certains peuvent en témoigner et vous avertir du danger.

«L'hameçonnage », une belle manière de ferrer le poisson ! C’est aussi le terme utilisé par la Gendarmerie royale du Canada pour désigner l’envoi de fraudes sous forme de courriels, de messages textes ou de sites Web. Ces messages sont faits pour avoir l'air d’émaner de véritables entreprises, d’institutions financières ou d'organismes gouvernementaux connus et bien sous tout rapport.

voleur internetLe poisson, ça peut être vous, un membre de votre famille, un ami ou encore un collègue de travail.

« Je recevais des courriels, comme quoi il fallait que j’organise mon compte avec une certaine compagnie qui n’était pas en règle, il me manquait des étapes pour remplir certains formulaires », explique Marcel Hamann, praticien en santé. Les courriels se répétant et se faisant de plus en plus insistants, et connaissant bien l’entreprise, le doute s’insinue peu à peu dans l’esprit de M. Hamann. « Ferrer le poisson » c’est aussi passer par une phase de harcèlement jusqu’à ce que la personne aille vérifier et se fasse piéger. « Tu donnes l’information, et tu te rends compte le lendemain que c’est une fraude », se remémore-t-il. Le praticien en santé avait alors révélé de bonne foi son numéro de carte de crédit. Dans le courant de la journée, un retrait de plus de 500 $ apparait sur son compte pour un voyage en Turquie.

M. Hamann appelle sa banque et fait immédiatement opposition. Selon le praticien en santé, il n’y a pas suffisamment de prévention auprès du grand public.

Vigilance de mise pendant la période des déclarations d’impôts      

Par exemple, avec la période de déclarations d’impôts, il n’est pas rare de recevoir un courriel vous indiquant que vous devez peut-être rembourser de l’argent ou que vous êtes admissible à un remboursement d’impôt, suite à l’enregistrement en ligne de vos impôts (que vous n’avez d’ailleurs pas encore fait). Bien sûr, il n’en est rien. Dans certains cas, le ton peut se faire plus menaçant si les personnes n’envoient pas immédiatement de l’argent et révèlent ainsi leurs informations personnelles.  « Ces criminels n’éprouvent aucune difficulté à se faire passer pour des employés de l’Agence du revenu du Canada (ARC) ou pour une autre entreprise », explique l’ARC sur son site Internet.

Selon le Centre Antifraude du Canada, la fraude par marketing de masse (FMM) touche le plus souvent les personnes âgées entre 60 et 69 ans. En 2014, le Centre a reçu 42 200 plaintes, pour 14 472 victimes. Les pertes financières totales signalées imputables à la FMM se sont élevées à plus de 74 M$. L’Alberta est la troisième province où les plaintes sont les plus nombreuses.

Marcel Hamann, n’est donc pas le seul à qui une telle arnaque est arrivée. Cette fraude  touche aussi bien les particuliers qu’elle entache injustement le nom d’entreprise ou d’organismes respectables. « Vérifiez au moins une fois par semaine son compte, si on attend trop, on est fait.» Une personne avisée en vaut deux !

Si vous recevez l'un de ces courriels suspects, signalez-le au Centre antifraude du Canada.

Canada Revenue Agency has sent you an tax refund INTERAC e-Transfer® Service.c5f5c2435d417ff5 

Amount: Total: $500.52 CAD c5f5c2435d417ff5 
Sender Message: A message was not providedc5f5c2435d417ff5 
Expiry Date: 22/03/2016
c5f5c2435d417ff5 
To deposit your money, click here: c5f5c2435d417ff5 
https://apps.cra-arc.gc.ca/ebci/fppp/mypymnt/pub/ntr.do


PayPal

Dear User

You Must Confirm Your Information!

Click here to Confirm Your Account Information.

You Must Confirm Your Information To Save It .

Thanks You For Helping, 
The Team

Need Assistance!
We're happy to help by phone at 1-518-741-2708, Monday to Friday 9:00am to 5:00 pm EST, or by email
Copyright 2016. All rights reserved.

 

Samedi 22 novembre au Campus Saint-Jean, dans le cadre du 27e colloque annuel de la Fédération des parents francophones de l’Alberta (FPFA), un atelier intitulé « Êtes-vous cyber-avertis ? » a été proposé par des élèves de 9e année du club de robotique de l’École Joseph-Moreau.

« Est-ce que tout le monde a amené un ordinateur ou un téléphone ? », demande d’emblée une des élèves de 9e année de l’École Joseph-Moreau aux huit parents présents. En effet, l’atelier « Êtes-vous cyber-avertis ? » se veut interactif : chaque chapitre de l’exposé est introduit par une question à choix multiples à laquelle les parents peuvent répondre via leur appareil personnel. La première est facile : « À quel âge pensez-vous que les enfants commencent à utiliser internet ? ». La réponse est 3 ans. D’où l’importance d’intéresser les tout-petits aux risques liés à la navigation sur internet…

Sur les 10 jeunes du club de robotique de l’École Joseph-Moreau, huit se sont déplacés (sept filles et un garçon) au Campus Saint-Jean, en ce samedi matin frisquet. Pour pouvoir réaliser leur diaporama et préparer leur exposé, les élèves de 9e année ont bénéficié d’une formation par un employé de Telus, dans le cadre du programme CyberFuté.

Aller au haut