« C’est une mesure qui va coûter cher et qui bénéficiera seulement à certains types de familles. » Cette réaction du chargé de cours au Campus Saint-Jean Learry Gagné reflète la position dominante des médias après l’annonce du gouvernement de Stephen Harper, le 30 octobre.

La mesure ne fait d’ailleurs même pas l’unanimité au sein du parti au pouvoir. « Le fractionnement du revenu, c’est controversé depuis longtemps dans le parti conservateur, note M. Gagné. L’année passée, (l’ex-ministre des Finances) Jim Flaherty a été forcé de l’annoncer parce que lui n’était pas d’accord avec ça. Après le dépôt du budget, Flaherty a démissionné essentiellement sur cette question-là. Que Harper revienne avec ça, ça démontre que, entre autres, c’est lui qui mène le parti. Mais il y a encore des gens qui ne sont pas d’accord. »

Le fractionnement du revenu pour les parents n’est qu’une des mesures annoncées la semaine dernière par le parti conservateur. Celui-ci a également promis une bonification de la prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE) et une augmentation de la limite de déduction pour les frais de garde. Cependant, le crédit d’impôt pour enfant sera abrogé dès 2015, pour venir contrebalancer ces nouvelles dépenses.

Le président français a débuté sa tournée canadienne de trois jours par Banff, afin d’y rencontrer Stephen Harper mais également Jim Prentice. Avec lui, une délégation de ministres et de chefs d’entreprises français intéressés par le dynamisme économique de l’Alberta.

 

La neige était tombée la veille mais le soleil rayonnait pour accueillir François Hollande à l’hôtel Fairmont Banff Springs. Le président français, qui a fait la route depuis Calgary avec Stephen Harper, a commencé sa visite au Canada en passant en revue la garde d’honneur, aux côtés du premier ministre canadien et du Gouverneur général, David Johnston, dans le sublime cadre du Parc national de Banff.

Aller au haut