30 août, Montréal - En réponse à la décision de la Cour d’appel fédérale relativement au projet d’expansion du pipeline de Trans Mountain aujourd’hui, le porte-parole de Greenpeace Canada, Patrick Bonin, a déclaré:

«C’est une victoire majeure pour les peuples autochtones, les groupes environnementaux et pour tous les Canadiens. La cour a rejeté unanimement un processus qui était déficient depuis le départ. Il est temps que le premier ministre Trudeau se rende à l’évidence et prenne les milliards de dollars publics prévus pour ce projet et les investisse pour accélérer la transition vers une économie basée sur les énergies renouvelables. Avec les feux de forêts, les inondations et la fumée étouffante de cet été, le premier ministre ne peut plus ignorer les coûts de l’inaction en matière de climat et doit saisir l’opportunité créée par la décision d’aujourd’hui pour se placer du bon côté de l’histoire.

Ce jugement témoigne de la force de la population et du mouvement dirigé par les autochtones. Ils ont mené ce combat et des milliers d’alliés à travers le pays et le monde entier les ont rejoints. Des centaines de personnes, des grand-mères jusqu’aux chefs religieux, ont même été arrêtées pour avoir protesté contre ce projet. Au delà de la célébration de cette victoire majeure, nous resterons prêts à nous battre de nouveau si ce projet refait surface et met en danger nos terres, notre eau et notre climat.»

L’approbation du projet d’agrandissement a été contestée devant la Cour d’appel fédérale en raison d’une consultation inadéquate des Premières nations et de la non-protection des orques qui sont en voie de disparition et qui doivent être protégés en vertu de la Loi sur les espèces en péril. La Cour a jugé que les consultations auprès des autochtones était bien en deçà des exigences minimales imposées par la jurisprudence de la Cour suprême du Canada et qu’il était «injustifié»  de ne pas avoir considéré le passage accru des pétroliers dans l’évaluation.

S'il est construit, le pipeline Trans Mountain exposerait encore davantage les orques résidant dans le sud, en permettant le passage de plus de 400 pétroliers par année dans leur habitat. Il est probable que le jugement d’aujourd’hui retarde considérablement le projet et validera les préoccupations formulées par les Premières nations, les groupes environnementaux et le grand public concernant le processus d’évaluation ayant mené à l’approbation du projet d’expansion de Trans Mountain.

Rappelons qu’en mai, le gouvernement Trudeau a accepté d’acheter le pipeline Trans Mountain et son projet d’expansion au montant de 4,5 milliards de dollars. Une décision qui a miné le rôle du Canada à titre de leader mondial du climat et qui va à l’encontre de l’Accord de Paris et de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Le ministre de l’environnement français Nicolas Hulot a démissionné mardi 28 août en prenant de court son entourage tant politique que personnel. Un geste fort pour ne plus accepter « les petits pas » de la politique française en matière d’écologie. De l’autre côté de l’Atlantique, deux jours plus tard, soit le jeudi 30 août, notre première ministre Rachel Notley annonce que la province se retire du plan national de lutte contre le changement climatique, une réaction-sanction basée sur la décision de la Cour d’appel fédérale de suspendre l’avancée de l’oléoduc Trans Mountain. Quand un ministre remet en question le modèle économique en place, l’autre cherche à le sauvegarder. Sommes-nous vraiment condamnés à ce choix impossible, devoir choisir entre environnement et économie ? Le temps n’est-il pas venu de nous redéfinir ?

fork 2115485 1280

Le 26 juin a eu lieu l’Assemblée générale annuelle du Conseil de développement économique (CDÉA), dans les locaux au centre de conférence Kahanoff, à Calgary. Environ une soixantaine de personnes sont venues participer au cocktail de réseautage en première partie de soirée. Puis,  le bilan de l’année a été présenté à l’ensemble des membres et des participants. Retour sur le bilan.

Logo CDEA

Une trentaine de salariés et plus de 52 013 visites en une décennie… Connexion Carrière a soufflé vendredi 22 juin sa 10ème bougie, au Bow Valley College de Calgary. Au service des francophones à la recherche d’emploi, l’organisme était fier de déclarer que ses premiers clients sont aujourd’hui des recruteurs.

Equipe de connexion carriere 2018. credit photo connexion carriere

Que va t-il advenir du CDÉA? Depuis quelques temps, l’organisme fait l’objet de discussions répétées concernant ses changements successifs à la direction générale. Juste Kagisye ne sera pas resté longtemps à sa tête. Après son départ précipité il y a quelques semaines, ce dernier a été remplacé au pied levé par M. Étienne Alary, ancien chef d’équipe aux affaires publiques du Campus Saint-Jean. Que pensent les entrepreneurs de cette situation ?

Le 7 et le 8 juillet, près de 100 000 personnes sont venues manifester à Hambourg, en Allemagne, lors du sommet du G20. Vingt des pays les plus puissants se sont réunis, paraît-il, au-delà de leurs différends. Le fruit de ces négociations ont-elles été aussi fructueuses ? Si oui, pour qui ? Entre les divergences internes et les contestations externes, l’ambiance d’un G20 n’aura jamais été plus électrique.

Une rencontre instructive s’est tenue lundi 29 mai à Calgary entre une cinquantaine d’entrepreneurs albertains, l’agence nationale Business France Canada et le Consulat général de France à Vancouver. L’objectif : informer les entrepreneurs sur les opportunités d’investissement en Europe, facilitées par l’entrée en vigueur prochaine de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada.

La 40e édition des Rendez-vous Canada a réuni plus de 1 800 représentants d’entreprises, partenaires et organisations touristiques au centre BMO de Calgary ce mardi 16 mai. Cette grande foire a permis de mettre en lumière les atouts des provinces et territoires canadiens sur le marché du tourisme mondial. L’Alberta, hôte de l’événement, a particulièrement charmé les participants.

CDEA-300Mercredi 26 et jeudi 27 avril se tenaient les consultations communautaires du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) à Calgary. Une quinzaine de personnes ont été conviées dans les locaux de l’organisme afin d’éclairer sur leur situation et leurs besoins. Une démarche appréciée qui permet au CDÉA d’adapter et d’améliorer ses services localement.

Le gouvernement provincial vient d’annoncer de gros financements afin de soutenir l’Initiative de Transformation du Chanvre pour le Nord de l’Alberta. Un montant de 200 000 dollars sera accordé au Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) afin de réaliser une étude de marché et la ville de Drayton Valley recevra 117 525 dollars pour développer un incubateur d’entreprises dans le secteur du chanvre.

web1

Page 1 sur 3
Aller au haut