Les jeunes entrepreneurs et les entreprises familiales récompensées

Le Gala des Lauriers de la PME-Alberta a conclu le Rendez-vous économique 2013 du Conseil de développement économique de l’Albert (CDÉA) en honorant ses têtes d’affiche de l’année, le 2 novembre dernier.

Les secteurs de la construction et de l’immobilier ont été particulièrement représentés cette année parmi les lauréats. L’entreprise de toits et murs végétalisés à Spruce Grove, Terra Landscaping, a remporté un laurier pour avoir favorisé l’embauche des jeunes.


Sa fondatrice, Colette Russel Houle, a accepté le prix en compagnie de son fils et gérant, Christian Houle. Paul Blais, qui est monté sur scène avec son équipe et la famille, a été choisi pour l’excellence du service professionnel ou d’affaires de son agence immobilière, Paul Blais Realty Group d’Edmonton.

Dans d’autres secteurs, l’entreprise familiale Maximum Powersports à Peace River s’est emparée du laurier pour le commerce de détail et le restaurant La Poutine, située sur la 109e Rue à Edmonton, celui de la nouvelle entreprise prometteuse.

L’entreprise de l’année
Son parcours ayant été brillant et fulgurant en même temps, Jonathan Létourneau semblait faire tourner toutes les têtes lors du Rendez-vous économique cette année.

Propriétaire de trois compagnies dans le domaine de la rénovation et de la construction, patron de 50 employés, et partenaires dans de nombreux projets d’investissement, il fait figure de proue de l’économie francophone en Alberta. Son entreprise Infiniti Homes Ltd, basée à Beaumont, a volé la vedette avec le laurier en construction et rénovation et le prix convoité de tous, le titre d’entreprise de l’année.

« J’ai eu la chance qu’un des plus gros constructeurs à Edmonton me demande un jour si je voulais travailler pour lui à mon propre compte et avec ma propre équipe, quand j’étais en finition. C’était comme gagner à la loterie et c’est comme ça que je me suis lancé en affaire », raconte celui qui n’avait aucune expérience en construction avant d’arriver en Alberta.

Dans son discours, il a remercié toute son équipe, à qui il dit devoir cette reconnaissance, et leur a promis encore plus de prospérité pour les années à venir.

M. Létourneau a compris comment utiliser ses liens avec la communauté francophone pour faire avancer ses entreprises situées dans la municipalité bilingue de Beaumont. « Un bon 30 % de mon chiffre d’affaires vient de la francophonie », note-t-il. De plus, il travaille avec la famille Bergeron et avec Patrice Gauthier, du CDÉA, à monter une structure de commerce francophone afin de réinjecter le plus possible les recettes de leurs investissements dans la francophonie.

Prix du bâtisseur
Réginald Roy a accepté en son nom, mais aussi au nom de son père, Clermont Roy, un des deux prix du bâtisseur de la Banque de développement du Canada (BDC).

Sa compagnie familiale œuvre dans le domaine de la construction dans la région de Bonnyville-Cold Lake depuis 1950. Après ses études, il succède à son père à la tête de la compagnie en 2004 et amorce la fusion avec son concurrent local, GenMec ACL Inc.

M. Roy pense qu’il a reçu ce prix « parce que la compagnie livre de beaux projets de qualité et axés sur la communauté ». Il est vrai que rares sont les bâtiments de la région du Nord-Est sur lesquels M. Roy et son équipe n’ont pas travaillé.

Il dit avoir utilisé sa langue pour « aller chercher du talent ailleurs », trouver de la main-d’œuvre qualifiée étant un réel défi pour les entreprises albertaines, surtout en milieu rural.

« Ça m’a fait chaud au cœur de recevoir ce prix », a-t-il signifié, soulignant que souvent, la vie d’un entrepreneur peut être imprégnée de solitude et rarement de reconnaissance.

Le deuxième prix du bâtisseur de la BDC a été remis au Franco, qui célèbre ses 85 ans cette année, pour avoir rapporté, mais aussi forgé l’histoire de la communauté francophone en Alberta depuis 1928.

Bourses Fernando-Girard
La soirée a commencé avec la remise des bourses de la Fondation Fernando-Girard en économie, décernées à des étudiants se démarquant dans leurs études en économie et par leur intérêt pour la philosophie coopérative en économie.

Les bourses de cette année ont été décernées à Laura McDonald, Justin Nolette, Papy Musafiri Mutayubara, Meva Marisarivelo, Phillip Burrows et Jason Lussier.

La fille de Fernando Girard, Fernande Bergeron, a prononcé le mot de la fin, souhaitant que l’argent remis par la fondation aide les jeunes dans leurs études et félicitant tous les récipiendaires de la soirée.

« C’est beau de voir les gens qu’on connaissait évoluer de cette façon-là », a-t-elle lancé. Jusqu’à maintenant, 109 bourses pour une valeur totale de 136 000 $ ont été remises en la mémoire de ce champion de l’économie coopérative et de la jeunesse franco-albertaine.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut