Beaumont approuve Concerto à son tour

La ville de Beaumont est la deuxième à joindre le réseau, après Plamondon. 

 

Le projet Concerto a été accepté à l’unanimité lors de la dernière réunion du Conseil de la ville tenue le 25 juin dernier. « Les élus et la communauté réalisent l’importance du bilinguisme. Ça fait partie de l’héritage de Beaumont », souligne le directeur général de la Ville de Beaumont, Marc Landry. 

 

Le Réseau Concerto entre dans l’un des volets du plan stratégique de la ville, soit le développement de l’identité communautaire. « On est une ville unique qui grandit énormément. On veut promouvoir le bilinguisme de la ville », ajoute-t-il. 

 

À la réunion précédente, le 11 juin dernier, le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) avait présenté le projet. « Beaumont était l’une des municipalités sur lesquelles on misait beaucoup, étant déjà bilingue », rappelle la directrice des projets spéciaux et entreprenariat du CDÉA, Marie-Laure Polydore. 

 

« Ça donne à la municipalité une plus grosse force de frappe et ça lui permet d’accroitre sa visibilité au niveau provincial, national et international », continue-t-elle. Le CDÉA prévoit promouvoir les municipalités du Réseau Concerto sur différents axes. 

 

Plusieurs axes ont déjà été valorisés par la ville de Beaumont. Présentement, Beaumont développe son centre-ville et espère bien bénéficier des avantages qu’offre le réseau au niveau du développement touristique. 

 

« Le recrutement et l’employabilité sont aussi des volets très importants pour assurer des services de haute qualité, mentionne Marc Landry comme autre axe prioritaire. On veut attirer des entrepreneurs francophones et bilingues à venir s’établir ici. »

À l’heure actuelle, Beaumont travaille à l’élaboration d’un plan vert pour le développement durable et une économie verte. « Ça s’enligne aussi dans les axes de Concerto », estime le directeur général de la ville. Selon M. Landry, puisque la ville de Beaumont tient un rôle très important dans la francophonie albertaine et est un membre actif du CDÉA, il allait de soi qu’elle se joigne au réseau.

 

Les conseillers de la ville ont pu voir les résultats de ce genre de réseaux dans d’autres provinces avant d’accepter. Cela a pesé en faveur dans la balance. Le maire de la ville, Camille  Bérubé, espère aussi pourvoir créer des partenariats avec les autres réseaux du Canada, notamment au Manitoba et dans les Maritimes. 

 

Le maire ajoute que de faire partie du réseau offre une possibilité d’échanges et de contacts avec des communautés qui ont une vision semblable. « En faisant partie du réseau, les municipalités auront une plus grosse influence sur les différents paliers du gouvernement », assure Marie-Laure Polydore. 

 

Très heureuse de l’adhésion de Beaumont tout de suite après celle de Plamondon, Mme Polydore espère maintenant que Legal, Saint-Albert, Falher et la région du Centre-Est emboiteront le pas. Le CDÉA vise à rejoindre cinq ou six municipalités. 

 

La date de la remise du certificat à la ville de Beaumont n’a pas encore été déterminée, mais devrait se faire d’ici la fin du mois d’aout.

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut