Des petits déjeuners pour mieux apprendre

L’école À la découverte d’Edmonton recevra une bourse du Club des petits déjeuners pour offrir des petits déjeuners à tous ses élèves dès septembre 2013.

 

Les démarches avaient été entamées l’année dernière par l’ancienne directrice de l’école À la découverte, Mireille Prévost. L’école a dû faire valoir les besoins de sa communauté d’élèves, dont plusieurs proviennent de familles plus démunies. 

 

 

 

Le budget anticipé pour mettre en place et démarrer le projet dès la rentrée scolaire et soumis dans la demande au Club des petits déjeuners Canada est de 23 000 $. Ceci couvrira l’achat du matériel de cuisine nécessaire ainsi que tous les couts de fonctionnement. L’organisme apportera aussi un soutien logistique à l’école, notamment pour organiser une collecte de fonds auprès de la communauté.

 

La directrice de l’école, Nancy Roy, avance que plusieurs gens d’affaires de la communauté francophone d’Edmonton se sont déjà engagés à faire des dons pour assurer la mise en place du programme de petits déjeuners.

 

Ceux-ci seront préparés et servis tous les jours de la semaine par des bénévoles de la communauté. Le recrutement des bénévoles est aussi en cours depuis l’annonce de l’acquisition de la bourse à la mi-mai. « Nous essayons d’approcher les personnes âgées notamment, puisque c’est un travail qui se fait durant la journée », explique la directrice.

 

Le Conseil scolaire du Centre-Nord (CSCN) prendra la responsabilité financière des rénovations pour l’installation d’une cuisine. Nancy Roy assure que le conseil scolaire Edmonton Public School Board, propriétaire des locaux de à la découverte, a déjà été approché pour pouvoir lancer les travaux cet été. 

 

« Ça va faire une grosse différence pour nos élèves », se réjouit Mme Roy. 

 

Le directeur de l’école Gabrielle Roy, qui offre des petits déjeuners cinq jours semaine à tous ces élèves depuis 2003, Jean Daniel Tremblay, peut  témoigner de l’impact d’un tel service. « Ça a un impact sur l’apprentissage mais c’est aussi une question d’ambiance. Les jeunes de tous les niveaux arrivent le matin, se mélangent et ça sent bon dans toute l’école », relate M. Tremblay.

 

« Il faut se rappeler que ce ne sont pas que les enfants de familles démunies qui profitent de ce service. Nos élèves viennent de loin et ils ne prennent parfois pas le temps de déjeuner avant leur long trajet d’autobus », ajoute-t-il.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut