Collégial francophone : les étudiants manquent à l’appel

Le Centre collégial de l’Alberta retarde le début des cours pour certains programmes faute d’inscriptions suffisantes des étudiants.

« Le plus grand défi, c’est de démarrer pour la première fois », assure la directrice du Centre collégial, Line Croussette.


Le programme bilingue de préposé aux soins de santé donné au collège Bow Valley de Calgary devait démarrer le 29 octobre. Il débutera plutôt le 13 novembre. La première cohorte pour ce programme sera composée de 11 étudiants, sur une capacité maximale de 16 inscriptions.

Selon Mme Croussette, ce retard s’explique par la difficulté de rejoindre la clientèle estudiantine adulte, très diversifiée, mais surtout dispersée en province.

« Nous avons dû repenser notre stratégie pour atteindre les adultes. Nous sommes maintenant en mode médias sociaux », laisse-t-elle savoir.

Jusqu’à maintenant, le collège a utilisé la voie des médias traditionnels, tels que la radio, la télévision et des évènements comme le Rond Point, pour se faire connaitre. Devant les résultats mitigés de cette tactique, Mme Croussette a contacté différents groupes de la communauté francophone en réunion vers la fin du mois de septembre.

Embarquer la communauté
« Nous leur avons demandé : qu’est-ce qui fonctionnerait? Et nous avons eu une liste de 37 idées », partage la directrice. Cette dernière estime être sur la bonne voie. Le Centre collégial a maintenant une page Facebook et Line Croussette se penche aussi sur le site web du collège, qu’elle aimerait plus complet et autonome.   

Des organismes ont aussi été contactés dans le but de mobiliser leur clientèle. « Connexion Carrière, à Calgary, a pris le flambeau et court avec nous maintenant », se réjouitMme Croussette.

Le coordinateur de programme à Connexion Carrière, Erwan Goasdoué, affirme que la promotion d’une formation de niveau collégial en français en Alberta rejoint le mandat de son organisme.

« La certification est importante pour un employeur, surtout lorsque celle-ci est obtenue localement », précise-t-il.

L’an dernier, Connexion Carrière avait mis sur pied un sondage auprès de ses clients afin d’identifier les domaines prioritaires pour développer un programme de formation en français. « À l’époque, la santé avait été pressentie puisqu’il s’agit d’un domaine pour lequel il y a une demande et de l’emploi disponible », enchaine M. Goasdoué.
   
Autres programmes
Le programme de deux ans en Administration des affaires, qui devaient débuter en septembre 2012, se donnera plutôt à compter de janvier 2013. Encore une fois, si les nombres sont au rendez-vous. Pour l’instant, six inscriptions sont comptabilisées pour la session d’hiver.
   
Bien qu'Enterprise and Advance Education Alberta, un nouveau ministère créé sous le gouvernement d’Alison Redford, responsable, entre autres, de la formation continue, n’exige pas de minimum requis pour ouvrir un programme, Line Croussette précise que le programme ne débutera que s’il y a une douzaine d’étudiants inscrits.
   
« Nous travaillons à deux stratégies de recrutement en parallèle. Une pour la session de janvier 2013 et une autre pour septembre 2013 », indique la directrice. Cette dernière ajoute que les sessions qui débutent en septembre sont souvent plus populaires en raison du recrutement effectué dans les écoles.
   
En ce qui a trait au programme en éducation, une tentative de le dispenser en salle de classe avait été envisagée pour janvier 2013, mais le centre collégial n’a reçu qu’une seule inscription.
   
L’école de langue au sein du Centre collégial s’avère toutefois un succès avec plus de 150 étudiants qui ont fréquenté l’établissement pour l’année 2011-2012.
   
Le Centre collégial de l’Alberta est toujours en attente de l’approbation d’un programme en gestion touristique auprès d’Enterprise and Advance Education Alberta.
   
La directrice du Centre collégial ne s’inquiète pas outre mesure. « C’est comme toute nouvelle entreprise qui démarre, cela prend un certain temps. D’un succès à l’autre, cela deviendra plus facile », assure Mme Croussette, confiante.
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut