La communauté franco-albertaine en deuil

Le 4 juillet dernier, en soirée, Carole Roy s’éteint des suites d’un cancer à l’âge de 54 ans. Connue dans la communauté francophone pour son implication à la librairie francophone Le Carrefour, Carole Roy est une source d’inspiration
pour tous, tant par son courage et sa ténacité que sa force de caractère. 

 

 

Native de Falher, Carole Roy estimait important que les francophones aient accès à des produits culturels dans leur langue. Cette dernière s’est impliquée au Conseil d’administration de la librairie francophone avant d’en devenir la directrice de 1996 à 2004.

Le directeur général de la Fondation franco-albertaine, Joël F. Lavoie l’a côtoyée du temps où il était directeur général à l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA). Il se souvient de cette femme dévouée. « Elle a donné beaucoup de temps et d’énergie au Carrefour qu’elle a remis sur pied et tenu à bout de bras pendant longtemps », affirme-t-il.

Carole Roy est reconnue dans la communauté, pour les services qu'elle a rendue à cette institution.

Denis Tardif, du Secrétariat provincial, lui avait rendu cet hommage : « Sans son engagement, son effort et sa ténacité, le Carrefour n’existerait surement pas aujourd’hui. Maintenir, mais surtout faire fructifier un magasin de livres et de produits culturels en situation minoritaire comme elle a réussi à le faire relève du miracle et manifeste un engagement profondément altruiste de sa part », a-t-il écrit à son sujet.

Au mois de décembre 2008, la chaine de télévision Global lui décerne le prix de Women of Vision, pour sa détermination quant au combat qu’elle menait contre le cancer.

Bien que Carole Roy a dû être amputée d’une jambe, cela ne l’a pas empêchée de revenir en tant que bénévole au Carrefour, à la suite de son opération, afin d’assurer la transition avec son successeur.

Denis Tardif se rappelle le temps que Mme Roy a consacré à décorer et enjoliver la librairie. « Elles passait parfois des dimanches après-midi en famille, avec son mari et ses enfants, à décorer le Carrefour et y mettre une touche artistique, à chaque saison », affirme-t-il en parlant aussi au nom de sa conjointe, la sénatrice Claudette Tardif.

C’est également à Carole Roy que l’on doit des activités comme les lancements de livre et des initiatives pour distribuer des livres en région. « C’était toute une aventure que de paqueter des boites de livres, partir sur la route et essayer de faire un évènement pour vendre des livres en région. C’était important pour elle », se souvient Joël F. Lavoie.

Malgré les difficultés que représentent la vente de livres en français en région, Denis Tardif affirme qu’elle a su relever le défi en mobilisant la communauté pour créer un évènement. Il se rappelle de Carole Roy comme une personne dévouée qui obtenait des résultats formidables.

« D’un point de vue plus personnel, nous perdons une amie spéciale qui a marqué nos vies », témoigne Denis Tardif, qui a d’ailleurs prononcé les éloges lors de ses funérailles, le 17 juillet dernier, à l’église Saint-Thomas-d’Aquin.
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut