Redécouvrir les plaisirs du plein air

Parcs Canada met le paquet à l’occasion de son 100e anniversaire avec une série d’activités s’amorçant le 19 mai à travers tout le pays.

 

Devant une baisse considérable de l’achalandage dans ses installations, l’organisme souhaite profiter du centenaire pour faire découvrir ou redécouvrir aux Canadiens les plaisirs du plein air et leurs parcs nationaux d’Elk Island, de Jasper, de Banff et d’ailleurs au Canada.

La saison estivale 2011 donnera lieu à des célébrations, mais aussi à la mise en marche officielle de deux projets pilotes qui, selon le directeur général de Parcs Canada, Alan Latourelle, augmenteront la popularité des parcs et sites historiques et procureront une meilleure expérience aux visiteurs.

 

Baisse d’achalandage
Au cours des cinq dernières années, Parcs Canada a remarqué une baisse des activités de longue durée dans ses installations, une situation qui touche aussi le magasin d’équipement de plein air Mountain Equipment Coop (MEC).

Alan Latourelle mentionne en effet que, si la popularité des activités d’un jour telle la randonnée en vélo est restée relativement stable, celles qui demandent que les visiteurs campent sur place semblent attirer de moins en moins d’adeptes, et ce, partout au pays. En parallèle, chez MEC, la vente d’équipements pour les activités de plein air dites multijours, comme les tentes, a aussi diminué, alors que la vente de vélos ou de souliers de marche n’a pas connu de baisse majeure.

C’est une des raisons qui ont donné naissance au nouveau partenariat entre Parcs Canada et MEC en marge des festivités du 100e anniversaire de l’organisme canadien. « Nous nous sommes associés pour le centenaire et nous souhaitons que notre union soit maintenue au-delà », précise le directeur général.

Alain Latourelle explique que, d’après Parcs Canada, trois principaux facteurs pourraient expliquer la baisse de popularité des activités de plein air de longue haleine. L’un d’eux serait que la population est vieillissante. Les baby-boomers auraient en outre tendance à rechercher davantage de confort que les jeunes, et ne seraient pas particulièrement attirés par un sac de couchage sur le plancher d’une tente.

Les jeunes passent de leur côté de plus en plus de temps avec les technologies, en particulier les médias sociaux, donc de moins en moins de temps dans les parcs. Ils tendraient à limiter les occasions où ils se retrouveraient dans un endroit qui ne leur donne pas accès à la communauté virtuelle.

En troisième lieu, la population du Canada contient une proportion grandissante de nouveaux arrivants. Ces nouveaux citoyens ne proviennent pas nécessairement d’une culture où les activités de plein air, comme les longues randonnées et le camping, sont très populaires. Plusieurs en ignorent même l’existence.

Fort de ces informations, Parcs Canada tente à présent de rejoindre ces trois groupes, et profitera de la visibilité des célébrations du centenaire pour motiver les gens à revenir dans les parcs.

Explora au Parc Elk Island
Le projet pilote Explora sera mis en œuvre à partir du 28 mai au Parc national Elk Island, à une heure à l’est d’Edmonton. Explora, c’est « une nouvelle façon de découvrir les parcs nationaux et les lieux historiques », résume Alan Latourelle. Nos parcs reçoivent différents types de visiteurs. Il y a, entre autres, ceux qui aiment être bien encadrés et partir avec un interprète et d’autres qui nous demandent de l’information avant de partir par eux-mêmes. Ceux-là, une fois seuls dans les sentiers, peuvent se retrouver devant une scène spéciale et savoir qu’elle est spéciale sans savoir en quoi. Explora s’adresse à ce type d’explorateur. »

À l’aide d’un ordinateur de poche muni d’un système de positionnement global (GPS), les visiteurs des parcs et des sites historiques seront en mesure d’être leur propre interprète. Ils auront à leur disposition, en plus de documentation sur la flore et la faune, des histoires, des conseils et des jeux interactifs qui visent à améliorer la qualité de leur apprentissage et de leur expérience dans son ensemble. Il est aussi possible de télécharger l’application Explora sur son téléphone intelligent personnel et d’utiliser son propre appareil.

Parcs Canada fera d’Explora une activité officielle cet été, mais le projet est sur les bancs d’essai depuis quelques années déjà. L’ordinateur de poche a notamment été testé au Parc national de Kejimkujik en Nouvelle-Écosse pendant l’été 2008. « On voulait dans un premier temps voir l’intérêt pour le produit avant d’investir, et dans un deuxième temps s’assurer de développer rapidement un produit bilingue, ce pour quoi nous avons d’abord testé Explora dans l’est du pays, où le partage anglophone-francophone est le plus balancé. »

À long terme, outre les deux langues officielles, il est prévu d’élargir le logiciel pour satisfaire la demande de visiteurs étrangers. « S’il y a un grand nombre de visiteurs d’un même pays à Banff, nous y adapterons le logiciel de langue à l’achalandage », énonce M. Latourelle.

Learn to camp
Pendant la fin de semaine du 18 juin se tiendra à l’échelle nationale l’activité d’initiation au camping Learn to camp. En Alberta, une centaine de Néo-Canadiens provenant de milieux urbains seront invités à venir camper sur Elk Island et à participer au programme. Élaboré en collaboration avec MEC, Learn to camp vise à initier ceux qui sont devenus Canadiens au cours des trois dernières années aux parcs nationaux, particulièrement au camping.

« Dans plusieurs pays, le camping n’est pas populaire, parfois même inconnu, fait constater Alan Latourelle. Sans généraliser, certains nouveaux Canadiens n’ont ni l’équipement, ni les connaissances pour pratiquer cette activité qui fait pourtant le plaisir de tant de familles ici. »

L’équipement nécessaire pour la nuit à Elk Island, dont la tente, les équipements de cuisine et le matelas, sera gracieusement fourni par MEC. Les participants apprendront comment monter une tente, comment se préparer un repas de camping, comment se comporter dans un parc national, et plus encore.

Si le projet vise cette année les nouveaux Canadiens, il s’étendra à long terme puisque Parcs Canada prévoit préparer une activité de plus grande envergure. Comme l’explique M. Latourelle, il est déjà possible de prendre part à une activité du genre dans certains parcs nationaux, mais l’exercice n’est pas gratuit. « Si vous voulez aller camper au Parc national des Îles-de-la-Baie-Georgienne, au sud de l’Ontario, donne-t-il en exemple, vous n’avez qu’à acheter le droit régulier de camping et vous pouvez emprunter gratuitement tout l’équipement pour une nuit. »

 


Une opération du même genre lancée à Jasper l’an dernier continue de remporter un vif succès. Certains terrains y sont aménagés de sorte que les campeurs en herbe n’aient aucun équipement à transporter. Les tentes y sont déjà sur place, montées et équipées de lits, pour offrir une expérience de camping plus confortable qu’une tente au sol, mais plus dépaysant qu’une excursion en motorisé. « Les tentes à Jasper facilitent vraiment la vie des campeurs et la rendent plus douillette. Elles ont été louées presque à 100 % tout l’été », souligne M. Latourelle.


C’est dans la même optique que s’inscrit le projet Learn to camp. « Nous voulons vraiment rendre le camping accessible pour tous, ceux qui n’ont pas d’argent, ceux qui ne veulent pas s’équiper parce qu’ils ne campent qu’une fois par année, et ceux qui ne l’ont jamais fait », résume le directeur général de Parcs Canada.


Activités du centenaire
D’autres festivités auront lieu partout à travers le pays en marge du 100e anniversaire de la fondation de ce premier service de parcs nationaux au monde, à commencer par la célébration de l’anniversaire de naissance de Parcs Canada à Ottawa le 19 mai, où sera annoncée la programmation officielle. La fondation de l’organisme sera aussi commémorée plus près de chez nous, au lieu historique national du Musée-du-Parc-Banff, pendant la même journée. Le centenaire de Parcs Canada suit les festivités qui ont marqué le 125e anniversaire des parcs nationaux au Canada et de Banff, premier parc national au pays.


De mai à octobre s’enchaîneront à Banff, Jasper, Lake Louise et ailleurs des promenades d’interprétation, des séances d’observation d’étoiles et des présentations culturelles. En attendant la programmation officielle, les Canadiens et visiteurs sont déjà invités à se joindre à « Cent comme dans centenaire » le 16 juillet, alors que pour la Journée des parcs se tiendront 100 événements, ainsi que des concerts et des activités familiales gratuites. Lors de cette journée, l’entrée sera gratuite dans l’ensemble des parcs nationaux, des lieux historiques nationaux et des aires marines nationales de conservation gérés par Parcs Canada. L’entrée sur ces sites sera également gratuite le jour de la fête du Canada, le premier juillet.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut