Imprimer cette page

Alison Redford de passage à La Cité francophone

Une centaine de personnes arborant l’orange et le bleu se sont déplacées à La Cité francophone pour rencontrer la chef Alison Redford venue appuyer son candidat progressiste conservateur d’Edmonton-Goldbar, David Dorward, lors d’une soirée tenue le 11 avril dernier.

Le chanteur country, Brett Kissel a diverti la foule, massée à la rotonde pour l’occasion, en attendant l’arrivée tardive de la première ministre.

Alison Redford, qui ratisse la province depuis le début de la campagne, partageait sa joie d’entendre les citoyens parler des changements positifs qu’ont apportés les mesures mises de l’avant par son gouvernement depuis son entrée en poste à l’automne dernier.

 

« Partout, les gens me confient l’amélioration survenue dans leur vie. Certains ont pu se marier, d’autres se lancer en affaires. Voilà ce qu’est véritablement la politique pour moi, c’est faire une différence dans la vie des gens », a témoigné Mme Redford.

 

 

Bien que le français ait peu résonné dans les murs de La Cité francophone durant cette rencontre, la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta, Dolorèse Nolette aura tout de même eu la chance de s’entretenir quelques instants dans la langue de Molière avec Mme Redford. « Je lui ai réitéré le souhait de la communauté francophone de pouvoir travailler avec elle et son gouvernement s’il est réélu et développer des liens entre nous. C’était pour rester connectés et lui rappeler qui nous sommes », précise Mme Nolette.


Edmonton-Goldbar
David Dorward a affirmé, pour sa part, se sentir concerné par les enjeux mis de l’avant par la communauté francophone. « C’est une communauté qui a besoin d’appuis. Il faut donner aux gens l’opportunité d’utiliser le français dans leur quotidien. Cela inclut les hôpitaux et les maisons de retraite, afin que les francophones puissent parler leur langue tout au long de leur vie », mentionne l’aspirant député.

M. Dorward tente de ramener cette circonscription chez les conservateurs pour la première fois depuis 1986. Cela fait 26 ans qu’elle appartient aux libéraux. Élu en 1997, Hugh MacDonald a décidé de prendre sa retraite. David Dorward avait terminé second lors de l’élection de 2008, récoltant 37 % des voix.

Le candidat conservateur a évoqué la force de l’Alberta sur le plan de l’éducation postsecondaire et la chance d’avoir une institution comme le Campus Saint-Jean situé dans sa circonscription. Un élément qui lui tient à cœur assure-t-il.

En présence de la chef de son parti, M. Dorward a fait part de son engagement envers ses électeurs et sa communauté. Une communauté qu’il habite depuis 50 ans, a-t-il tenu à rappeler.

« J’ai toujours voulu habiter dans ce quartier. C’est un endroit formidable pour élever une famille et très sécuritaire. Mon désir est d’être au service des gens qui vivent ici », a répondu le politicien lorsque le chanteur Brett Kissel lui a demandé pourquoi il avait voulu se lancer en politique, durant un échange amical entre Mme Redford, David Dorward et l’artiste.

Il a également souligné la richesse qu’apportait la francophonie dans Edmonton-Goldbar, particulièrement avec l’arrivée des francophones d’un peu partout dans le monde venue s’établir dans le quartier. « Cela apporte une force et une grande diversité et je m’engage à mettre de l’avant ces cultures et cette langue en tant que leur représentant au gouvernement », déclarait-il.

Pour la jeune Jazzmine Lemal, qui travaille en restauration, des soirées comme celles-ci l’encouragent à s’intéresser à la politique, et surtout, à aller voter. « Je ne suis pas beaucoup la politique. Je suis venue appuyer David Dorward puisque mes parents sont bons amis avec lui. Je dois avouer que cette soirée est intéressante et il y a une bonne ambiance », fait observer la jeune femme.
 

BDV : Alison Redford échange avec la présidente de l'ACFA, Dolorèse Nolette, sous le regard de David Doward et de Jean Johnson.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)