Aggiornamento à l’ACFA régionale de Calgary

C’est le 30 janvier dernier que la nouvelle directrice générale de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Calgary, Céline Bossé, a dévoilé les grandes lignes du plan stratégique 2012-2015 de l’organisation qu’elle dirige depuis le début du mois de décembre. 25 membres du Club Inter s’étaient déplacés pour l’écouter dans le cadre d’un souper rencontre au Danish Club de Calgary.

D’entrée de jeu, elle a reconnu que l’association venait de passer quelques années difficiles. « L’ACFA a connu des hauts et des bas », a-t-elle déclaré.


Elle a poursuivi sa conférence en dressant un portrait réaliste et honnête de l’organisme qu’elle dirige depuis quelques mois. « Nous ne sommes pas sans savoir que l’ACFA de Calgary a un travail important d’image et de leadership à refaire pour faire foi de son mandat principal à titre de porte-parole pour la communauté francophone de Calgary. Les gens cherchent à s’identifier à une francophonie gagnante. Il faut donc se réinventer, innover », estime Céline Bossé avec détermination.

Pour développer ce plan stratégique, les membres du conseil d’administration (CA) de l’association ainsi que sa direction générale ont effectué une retraite de deux jours supervisée par le consultant André Lalonde. Ce plan stratégique ambitieux compte quatre axes principaux.

Personnel qualifié
Selon Céline Bossé, compter sur des ressources humaines compétentes est indispensable. L’ACFA ne pourrait rien accomplir sans un personnel qualifié et dévoué.

Pour l’épauler, l’ACFA régionale de Calgary vient de recruter deux employées. Il s’agit de Zinha Muabi, comme directrice des communications, et de Micheline Perron, à titre d’adjointe administrative. La tâche principale de la nouvelle équipe sera d’encourager et de supporter les organismes qui servent la communauté francophone calgaréenne dans l’accomplissement de leur mission.

Implication du CA
Dans le développement du plan stratégique, les membres du CA de la régionale ont convenu de l’importance de s’impliquer davantage dans les activités et les plans de l’organisme.

Travailler de façon concertée devrait permettre la durabilité du conseil d’administration. Ainsi, il est question de donner plus de responsabilités à ces personnes. La route que l’ACFA empruntera pour accomplir ce point sera définie par les trois comités mis sur pied.
 
Le premier comité, sous la direction de Robert Lalande, aura la responsabilité d’impliquer les autres membres dans le secteur du financement et des activités. Le deuxième, qui sera sous la supervision de Michel Berdnikoff, président du conseil d’administration de l’organisme, s’occupera des politiques et des stratégies. Et le dernier, sous la direction de Dany Côté, aura la responsabilité de s’occuper des relations avec les membres. 

Diversification du financement
Le troisième élément du plan stratégique touche le côté du financement de l’association. En effet, l’incertitude des subventions gouvernementales pousse l’ACFA régionale de Calgary à étudier toutes les avenues possibles afin de diversifier son financement.

Ce point est par conséquent capital pour la direction générale, car il permettra d’éviter de vivre dans la précarité. Étant donné que les gouvernements sont extrêmement sollicités par diverses organisations à but non lucratif, l’organisme entend se tourner vers le milieu des affaires, qui semble être la solution privilégiée.

L’organisation ira donc frapper aux portes des gens d’affaires anglophones et francophones pour développer les partenariats d’affaires. En outre, pour augmenter ses revenus, l’ACFA se propose d’organiser plusieurs activités et de recruter plus de francophones. Le but ultime étant d’augmenter ses membres.

Ce défi de taille n’effraie aucunement Céline Bosse, car selon elle « les francophones sont à Calgary, ce que l’UNESCO est au monde. C’est-à-dire, une communauté vibrante, créative et connectée ».

Gouvernance collective
Finalement, le dernier axe du plan stratégique se veut un appel à l’unité des francophones. De ce fait, l’implication, l’engagement et l’inclusion de toutes les composantes de la francophonie calgaréenne sont inévitables pour l’organisation.

Pour Céline Bossé, « redéfinir la francophonie albertaine par la confluence des différentes cultures francophones est un incontournable. La réussite de cette action réside au cœur d’une concentration par le dialogue qui a pour base de prémisse : pas de nous contre vous ».

Enfin, elle a conclu en insistant sur l’importance d’unir toutes les forces vives de la francophonie. De ce pas, elle a invité tous les membres du Club Inter à maintenir la flamme francophone!
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut