Une communication renouvelée à l'ACFA

L’ACFA provinciale a tenu une conférence de presse le 19 septembre à la Rotonde, deux jours après la réunion du conseil d’administration et de l’entrée des nouveaux membres. Une bonne partie des chefs de file était présente. Communication et transparence étaient les deux mots d’ordre de cette conférence.

Marc Arnal conference ACFA

Marc Arnal à la présidence, Marie-Laure Polydore à la vice-présidence, Denis Fontaine à la trésorerie, Catherine Poitras-Han pour le Nord et enfin Suzanne de Courville Nicol pour le Sud, voici les noms qui constitueront désormais le comité exécutif de l’ACFA provinciale. De son côté, la directrice par intérim Mme Hélène Guillemette a pris la parole, afin de présenter chaque membre de l’équipe en place.

L’organisme n’avait jusqu’à présent jamais habitué la communauté à expliciter en public ni ses démarches, ni la fonction de chacun de ses employés. Faire les choses dans l’ordre et de manière transparente, c’est du moins le message qui a été lancé, notamment après une période de tensions les semaines passées. « Démontrer une nouvelle ouverture, une transparence, une volonté de dialoguer avec la population », c’est l’objectif évoqué par le président M. Marc Arnal concernant cette conférence.

Mais le plus important pour le président de l’ACFA, « c’est d’entreprendre un virage vers un modèle communautaire qui va fonctionner comme une communauté, à savoir se mettre d’accord sur les grands objectifs, établir des priorités et travailler dans la même direction ».

Un travail qui requiert certains efforts et une exigence : « l’envers de ça, c’est d’assumer une certaine imputabilité « at large »  envers la communauté et envers les organismes, je vois ça comme un pendant nécessaire à notre travail de coordination et de priorités ». Un exercice auquel les organismes n’ont pas l’habitude, à savoir la redevabilité systématique de produire des résultats pour l’ensemble de la communauté.

Dossiers et priorités

Henri Lemire ancien directeur du Conseil scolaire Centre-Nord présent dans l’assistance, a demandé une clarification sur l’élaboration d’un cadre conceptuel, concernant la politique avenir de l’ACFA dans le traitement des dossiers. M. Arnal répond à cela que, « c’est une charpente, une unité conceptuelle, une vision commune, on a tendance à parler d’inclusion comme inclure à nous. Non, c’est changer ce discours et dire on va bâtir ensemble une nouvelle communauté, il n’y a pas de nous, il n’y pas de eux, il y a une langue qui nous unit et le cadre conceptuel ira dans cette direction-là ».

Parmi les grands dossiers, l’ACFA devra s’atteler au financement pluriannuel en programmation, à l’harmonisation des bureaux régionaux et au suivi de la mise en œuvre de la Politique en matière de francophonie. Il y a du pain sur la planche et beaucoup de travail à rattraper, puisque la planification stratégique de 2017 n’avait pas été jusqu’à présent complétée : « je ne connais pas les raisons pour lesquelles elle n’a pas été faite, mais la planification stratégique forme aussi la base de notre demande de subvention quinquennale auprès du gouvernement fédéral, c’est un document très important et on est pris par le temps ». Malgré le court délai, l’ACFA devra produire un document courant octobre pour cette importante demande de fonds. Le consultant Patrice Gauthier et ancien directeur par intérim du CDÉA, servira à appuyer et conduire l’organisme dans son travail de planification stratégique.

Un nouveau plan de communications est aussi à l’œuvre, afin de rendre l’ACFA plus accessible auprès du public, notamment au niveau de l’inscription de nouveaux membres.

L’organisation du mois de la francophonie à la suite de la proclamation du gouvernement albertain en mars 2018, fait également partie des nombreuses priorités. On attend la suite.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut