La députée sortante dans Edmonton-Strathcona, la néo-démocrate Linda Duncan a facilement été réélue, le 2 mai dernier. Elle a obtenu plus de 26 100 votes (53,6 % des votes) devançant le candidat conservateur Ryan Hastman par plus de 6000 voix (40,5 % des votes).

C’est une Linda Duncan gonflée à bloc qui a pris le micro dans un tonnerre d’applaudissements le 2 mai dernier pour prononcer son discours de la victoire devant les partisans du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui étaient réunis dans la salle de bal du Crowne Plaza Chateau Lacombe.

Celle qui venait d’être réélue dans Edmonton-Strathcona s’est montrée très fière du support de ses partisans et du travail de son équipe. « Ça demande beaucoup de travail pour battre les conservateurs en Alberta. Et mon équipe vient de le faire, encore! » a-t-elle déclaré devant la foule. 



Surprise : NPD opposition officielle
Si elle s’est dite déçue que ses collègues albertains n’aient pas obtenu de sièges, elle est enthousiaste devant la concrétisation dans l’Est de ce que les médias avaient baptisé Orange Crush, la vague orange, qui a donné au NPD le titre d’Opposition officielle. « Ici, ce sera la prochaine fois. Ce n’est pas encore notre tour. Nous avons gagné des votes, nous sommes presque deuxièmes partout! Ce n’est juste pas le temps de la vague orange en Alberta. Aujourd’hui, c’est au Québec. L’Alberta, ce sera la prochaine fois, » a-t-elle  assuré.

La nouvelle a aussi agréablement surpris Shannon Phillips, militante néo-démocrate. « C’est incroyable, a-t-elle déclaré. Je ne voulais pas me faire d’espoirs avant aujourd’hui, mais maintenant, je regarde les résultats, et c’est incroyable. » Mme Phillips, qui est agente de recherche pour la Fédération des travailleurs et travailleuses de l’Alberta (AFL), est même d’avis que certains élus ne s’y attendaient tout simplement pas. « C’était tellement inattendu qu’il y a sûrement des gens que l’on appelle des name on ballot qui ont été élus. Des candidats qui le sont parce qu’il n’y avait personne d’autre, juste pour avoir un nom sur les affiches, mais qui ne s’imaginaient pas être dans la course.»

Pour Mme Phillips, il était relativement prévisible que des électeurs du parti indépendantiste du Bloc québécois passent du côté du NPD. « Le Bloc, j’aime le Bloc. Ils ont des valeurs, sociales et démocratiques, qui se rapprochent beaucoup de celles du NPD. Je crois que les Québécois avaient finalement envie d’avoir leur place à la table, et le NPD leur en offre une. » Pour elle, c’est une bonne chose que le transfert ce soit fait; les Québécois unis avec le fédéral dans le NPD, c’est une bonne chose pour les valeurs sociales, pour la francophonie, et pour l’opposition.

Un bonheur pondéré
Les partisans du NPD étaient réunis dans la salle de bal du Crowne Château Lacombe, au centre-ville, pour assister au dévoilement des résultats. La soirée, qui avait commencé dans le calme à 19 h 30, s’est bien sûr électrisée à mesure que les décomptes étaient connus. Pour les militants, il n’y avait sur les lèvres pas un, mais deux grands enjeux : remporter des sièges et éviter l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire.

Si les résultats étonnants du NPD ne cessaient d’exciter les partisans, leur bonheur était modulé par l’inquiétude face à l’avance de l’équipe Harper. « S’ils rentrent majoritaires, j’ai peur, je vais… déménager, » a même lancé Mme Phillips. « Ce n’est pas le Parti conservateur de Brian Mulroney, c’est le parti conservateur de Stephen Harper, a-t-elle ajouté. Ce que le gouvernement Harpeur veut faire, s’il est majoritaire, c’est, entre autres, tout privatiser. Ce serait terrible.»

De son côté, Ken Kirk, ancien leader du parti Marijuana de l’Alberta et présent militant pour le NPD, croit qu’il y aurait quand même du bon dans un gouvernement conservateur majoritaire. « Quand on va dans le mauvais, pire c’est, mieux c’est, a-t-il expliqué. Parce que s’il entre majoritaire et que ce n’est pas bon pour nous, pire il gouvernera, plus vite et plus facilement il sera défait lors des prochaines élections. »

Grand changement
Lewis Cardinal, candidat NPD d’Edmonton-Centre qui a été battu par le conservateur Laurie Hawn, a tout de même tenu un discours positif lors de la soirée. Il a affirmé que son équipe avait fait un travail sensationnel et que le NPD avait fait un grand bond. « Le Canada a changé ce soir. Ça a pris du temps et du travail, et ce n’est pas fini. Mais c’est un grand départ », a-t-il conclu.

Mme Duncan est devenue lundi la première candidate du NPD à avoir été élue deux fois dans toute l’Alberta. Après son discours de la victoire, elle a chaudement remercié son équipe. En terminant, elle a promis qu’à l’automne, elle pourra remercier dans leur langue les électeurs francophones. « Maintenant, c’est le temps de pratiquer. Avec autant de Québécois à mes côtés au Parlement, je vais en profiter! »

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut