Une trace de notre passage sur terre

"Notre Legs aux générations futures", un projet initié par la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) et organisé dans le cadre du thé du club de l’Amitié de la Paroisse Saint-Thomas, le 8 février dernier a accueilli près de 37 personnes. L’objectif de cette présentation : permettre aux jeunes retraités et aux aînés de transmettre leur histoire.

NotreLegs1

« Transmettre une histoire individuelle qui créera une histoire collective », résume en quelques mots Eloi DeGrâce. L’intervenant est venu faire une présentation sur le thème de laisser sa spiritualité en héritage.

Denis Perreaux, directeur de la Société historique francophone de l'Alberta, est lui intervenu, sur le thème des legs historiques. Il s’est penché sur la manière dont un individu peut laisser quelque chose à la prochaine génération ? « Si vous voulez penser à l’immortalité, laissez des correspondances, vos récits de vie, des albums de photos ça va rester », expliquait M. Perreaux lors de la conférence.

Pour l’occasion, le directeur de la Société a amené une valise remplie de lettres, des documents relatant des épisodes importants de son histoire familiale. « Un trésor qui traverse la ligne du temps », explique Eloi DeGrâce.

NotreLegs2M. DeGrâce, a présenté de son côté, le legs testamentaire de notre vie spirituelle. Selon lui, cela peut-être une façon de dire : « j’ai des valeurs, j’ai des croyances, j‘ai des convictions, c’est une sorte de lettre d’amour pour ceux que nous aimons ». M DeGrâce encourage les gens à mettre sur papier leur propre testament spirituel. « C’est pour donner le goût aux gens d’écrire et de réfléchir à la spiritualité », souhaite t-il.

De son côté, la Fondation franco-albertaine s’est occupée d’identifier les conférenciers, avec l’appui du Campus Saint-Jean. L’Association des juristes d'expression française de l'Alberta  (AJEFA), a présenté un atelier plus technique et juridique sur la succession et les testaments.

La mémoire est un legs important, puisqu’il permet de transmettre la manière dont on veut que les gens se rappellent de nous.

Cet atelier a déjà été présenté en région, le 19 novembre à Bonnyville et à Saint-Isidore le 21 octobre en la présence M. Carol Léonard sur le thème de la toponymie.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut