La communauté haïtienne fête ses 20 ans

Samedi 21 octobre, l’Association de la communauté haïtienne de Calgary a fêté son 20e anniversaire. Deux décennies d’existence ont été célébrées avec une centaine de personnes dans la convivialité et la fierté. L’occasion de parler de cette communauté qui voit son pays d’origine faire face à de lourdes difficultés.

 

Une présentation sur l’histoire de l’Association faisait partie de la soirée d’anniversaire au Winston Heights Community Center de Calgary. Événement gratuit, il a réuni plus de cent personnes, dont la quarantaine de membres, un policier de la ville, et un député. Ce 20e anniversaire est aussi l’occasion de faire le point sur l’Association et la communauté haïtienne.

Carifest dans les annees 1990

Une communauté et une culture bien présentes

Natacha Pierre Pierre, présidente de l’organisme, estime le nombre total d’Haïtiens au niveau de la province à 2 000. À la création de l’Association, en 1997, ses membres fondateurs avaient pour objectif de promouvoir la culture haïtienne. Depuis, l’organisme participe à plusieurs grands événements qui font preuve d’une grande visibilité, dont les carnavals Cariwest à Edmonton et Carifest à Calgary, qui célèbrent tous deux l’art et la culture caribéens.

Comment caractériser la culture haïtienne au juste ? La responsable évoque en priorité « la nourriture, et la musique », à l’instar du kompa, ce mélange entre l’espagnol, le français et l’africain. Natacha Pierre Pierre informe aussi que le 1er janvier prochain sera l’anniversaire de l’indépendance d’Haïti, commémorant ce jour de 1804 où Jean-Jacques Dessalines changea le destin de son pays.

« La tradition est de se réunir autour d’une soupe joumou », nous apprend-elle. Cette soupe, véritable symbole pour le peuple haïtien, indissociable de son indépendance, se compose de potiron, de viande de bœuf marinée et bouillie, et de légumes.

Le mois de février constituera également une belle opportunité pour l’Association de fêter le Mois de l’histoire des Noirs. « On est sous la bannière de l’ethnoculturel. Nos activités sont en lien avec la langue, la nourriture, et la culture », précise la présidente.

Une situation délicate en Haïti

Née en Haïti, et vivant depuis 30 ans à Calgary, Natacha Pierre Pierre raconte essayer de retourner souvent dans son pays natal. « La dernière fois que je suis rentrée, c’était en 2015. La situation économique est vraiment difficile, on ne sait pas à qui faire confiance », explique-t-elle.

Suite aux nombreuses catastrophes naturelles dont le pays a été victime, et à la pauvreté souvent extrême qui y règne, l’attention internationale s’est portée sur Haïti, parfois de façon peu transparente. « On ne sait pas comment sont distribuées les aides. Certaines parties de l’île ne reçoivent rien. On vient donc de commencer un fonds nous-mêmes pour aider nos familles », rapporte la responsable. Ce fonds atteint d’ores et déjà la somme de 500 dollars, une somme non dérisoire pour soutenir les populations dans le besoin.

Si ce soutien bénévole permet d’aider les familles restées au pays, l’Association essaie aussi d’aider les nouveaux arrivants sur le territoire canadien. Suite à l’arrivée de Trump au pouvoir, et à ses nombreuses déclarations contre les immigrants, des milliers d’expatriés haïtiens ont fui vers le Canada, notamment à Montréal. Le nombre de réfugiés est ainsi monté en flèche. « J’ai moi-même déjà rencontré deux réfugiés haïtiens ici à Calgary. On essaie de les mettre en liaison avec les programmes en place pour les nouveaux arrivants », souligne Natacha Pierre Pierre.

En mai prochain se tiendra un gala pour aider à récolter des fonds pour l’Association, ainsi que pour le fonds d’aide à Haïti. Pour se tenir informé, rendez-vous sur http://www.haiticalgary.com.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut