Imprimer cette page

Edmonton : L’hôtel The Transit ferme ses portes, un bout d’histoire s’éteint

C’est un emblème historique de la ville d’Edmonton qui vient de fermer ses portes ce samedi 30 juin. Construit il y a plus de 100 ans, notamment par des francophones, le bâtiment a dû cesser ses activités, ne réussissant plus à attirer la clientèle. Les habitués trouvent ainsi, avec regret, porte close.

IMG 3481.JPGL’hôtel Transit, communément surnommé The Transit, a été bâti en 1908 et se situe sur la 66e rue et Fort Road, au nord-est de la capitale albertaine. À l’origine prévu comme étape pour les voyageurs entre Edmonton et Fort Saskatchewan, l’hôtel était à l’époque réputé pour sa modernité : les locataires des 40 chambres pouvaient alors y trouver de l’eau chaude, des salles de bain à l’étage et même la lumière électrique !

Un lien avec la francophonie

Gérard Moquin, enseignant retraité francophone né en Alberta, raconte que son aïeul, Philias Maisonneuve, a participé à la construction de l’hôtel. « Il était le contremaître du projet et a aussi participé à la construction d’autres bâtiments dans la province, comme le couvent de Morinville en 1909 », explique-t-il.

M. Moquin et son fils ont eu la chance de visiter pour la première et dernière fois l’hôtel, « avant peut-être qu’il ne soit démoli », suspectent-ils. Si le commerce est désormais fermé, plusieurs professionnels ont évalué la structure du bâtiment, et notamment sa charpente, comme étant en très bon état. « C’était de la très bonne qualité de construction, utilisant les méthodes de l’époque », rapporte le fils.

Préserver le patrimoine historique albertain

Si le Transit veut être sauvé, il faudra peut-être « faire les démarches pour lui donner le statut de bâtiment historique », avise M. Morin. Si la construction de l’édifice avait coûté 50 000 dollars en 1908, il avait été mis en vente 100 ans plus tard pour la modique somme de 3,5 millions de dollars. Appel aux philanthropes fortunés qui souhaiteraient sauver ce bout d’histoire en le rachetant !

Avec son apparence unique, caractéristique du début du 20e siècle,  le Transit pourrait bel et bien disparaître, emportant alors dans ses cendres le souvenir de toute une époque.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)