Imprimer cette page

Un passeport pour les nouveaux arrivants

Mieux s’orienter pour mieux s’intégrer ! C’est de cette manière que le RIFA compte bien aider les nouveaux arrivants à s’insérer dans la société d’accueil. Au début, il n’est jamais évident de trouver ses repères dans un lieu qu’on ne connaît pas, et de surcroît dans un milieu où le français est minoritaire. L’élaboration de fiches permettra désormais de mieux s’orienter pour trouver l’information et les services en français, aptes à aider les nouveaux arrivants. Jean Johnson nous en parle.  

Rifa logo CMYK

 Le Franco : Comment cette initiative a-t-elle vu le jour?

Jean Johnson : Le RIFA et les intervenants de première ligne ont cherché une façon d’établir un lien entre les points d’entrée, que sont les services d’accueil et d’établissement, et l’ensemble des services communautaires. L’outil que nous avons développé est essentiellement le résultat d’un effort commun à la fois des représentants autour de la table du RIFA, des intervenants de premier ordre qui se sont beaucoup impliqués, et du comité permanent.

fiche1 calgary 

FR : À quoi ces fiches vont-elles servir ?

JJ : Nous sommes vite arrivés à un concept qui permet de découvrir la Francophonie albertaine rapidement. Cet outil cible plusieurs régions. Il y a Calgary, Edmonton, Fort McMurray, Grande Prairie et Brooks. L’autre élément, c’est que ces fiches permettront aux groupes communautaires de s’ouvrir et de s’engager mutuellement.

FR : Quels sont les principaux défis en matière d’immigration ?

JJ : L’accueil et l’établissement sont deux importantes considérations. Le plus gros défi pour le nouvel arrivant et la communauté d’accueil est de savoir comment ces personnes vont réussir à s’intégrer. L’outil a été conçu pour s’assurer qu’on donne au nouvel arrivant un moyen de découvrir les services communautaires, tous les groupes communautaires, ainsi que la communauté francophone dans sa région. Quand on parle d’intégration, c’est l’affaire de tout le monde. L'intégration est aussi un moyen permettant aux groupes communautaires de faire un constat de l’évolution et du niveau d’adaptation nécessaire pour leurs programmes ou leurs services.

FR : Pouvez-vous nous parler de la présentation du passeport et de son fonctionnement ?   

JJ : On a regardé dans chacune des communautés quel groupe serait susceptible de répondre aux besoins d’un nouvel arrivant. C’est une façon de refléter l’architecture communautaire. Au fil des années, on a bâti plusieurs groupes. Cependant, un organisme ne peut pas répondre à tous les besoins. C’est pour cela que l’ACFA a toujours été l’instigateur et le mobilisateur pour la création de différents groupes tels que le CDÉA, le Réseau Santé, etc.

Aujourd’hui en 2017, nous avons un panel de groupes communautaires qui sont présents pour répondre aux besoins de la communauté. Cet outil permettra donc aux nouveaux arrivants de découvrir ces services. C’est un guide de découverte qui permettra aussi d’évaluer son parcours.

brooks edmonton GrandePrairie

FR : C’est un format de poche ?

JJ : Oui, c’est un passeport qu’il est facile de glisser, en effet, dans une poche.

FR : À partir de quand et où les fiches seront-elles distribuées ?

JJ: Les fiches sont déjà toutes disponibles dans les centres d’accueil et d’évaluation de chaque région, sauf Edmonton qui a connu un léger délai qui n’est que provisoire. Les nouveaux arrivants peuvent donc dès à présent retrouver les fiches à Calgary, Brooks, Grande Prairie, l’école Boréale, l’école Saint-Paul et l’ACFA de Wood Buffalo.

IMG 8515

FR : Comment les services en question ont-ils accueilli ce nouvel outil ?

JJ : Tous les groupes ont participé dans le processus. Il n’y a donc rien de nouveau pour les membres du RIFA. C’était évolutif. Le contenu et la pagination ont été adoptés et conçus en fonction de la participation de tous. J’aime personnellement beaucoup l’outil. Pour moi, c’est le résultat d’une cohésion qu’on trouve présentement autour de la table du RIFA. Nous avons réussi à créer du désir pour la collaboration.

FR : Allez-vous présenter cet outil à l’IRCC ?

JJ : L’IRCC a financé ce projet. Ils ont déjà une copie des documents. Et d’après ce que je sais, c’est unique en Alberta, ça n’existe nulle part ailleurs au Canada.

FR : Pensez-vous que les autres provinces pourraient s’inspirer de ce modèle ?

JJ : Si les gens veulent se servir du format, pourquoi pas !

FR : Avec ce passeport, est-il vrai qu’un nouvel arrivant peut gagner un bon de 100$ pour faire son épicerie ?

JJ : Oui, il y a un tirage une fois par mois. Je trouve d’ailleurs ce procédé très intéressant. Je me mets à la place d’une personne qui vient d’arriver. Les besoins sont souvent nombreux, et un bon de 100$ pour faire son épicerie, c’est un coup de pouce supplémentaire qui peut vraiment aider.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)