Le Canoë Volant : un festival captivant !

La 5e édition du festival du Canoë Volant s’est tenue les vendredi 3 et samedi 4 février. L’événement confirme son succès croissant d’année en année. Une parenthèse dans l’hiver qui anime les Edmontoniens et donne vie aux contes et légendes.

IMG 8444

16422545 1212480602198975 4011364059947108049 o

Entre 40 000 et 50 000 personnes se sont déplacées malgré le froid cette fin de semaine à la Cité. Un grand succès pour Daniel Cournoyer,  directeur de la Cité Francophone et fondateur du festival : « L’an dernier c’était déjà plus de 30 000 participants. Cette fois, la fréquentation était encore meilleure, les gens sont arrivés plus tôt et restaient plus tard. Ils ont dansé jusqu’à 11h du soir dans le ravin ! », se réjouit-il. Une nette augmentation de la participation qui vient autant de groupes francophones qu’anglophones.

16463330 1212452082201827 1265688469810152307 o

Une aventure participative

Entre glissade de glace, tire sur la neige, bar à glace sur le patio d’hiver, et courses de chariots sur la rue Marie-Anne Gaboury, les festivaliers ne sont pas restés spectateurs au Canoë Volant. Ils ont aussi eu l’occasion de s’aventurer dans le ravin Mill Creek pour y découvrir des campements autochtones, se faire raconter des contes au coin du feu, se réchauffer à l’abri des tipis, et s’abandonner à quelques pas de danses traditionnelles. Le tout accessible au détour de sentiers illuminés par des lanternes qui donnaient au ravin une allure tout à fait féerique. Même les habitants des quartiers environnants ont contribué de façon spontanée à la rencontre en façonnant leurs propres lanternes afin d’éclairer le chemin qui partait de la piscine de Millcreek.

Le Canoë Volant, c’est aussi une aventure rendue possible grâce aux nombreux partenariats communautaires que forme la Cité : avec l’école Rutherford qui offrait une scène intérieure avec chanteurs et artistes, l’école de danse de la Girandole qui initiait les visiteurs aux rythmes des danses folkloriques, le Centre d’arts visuels de l’Alberta (CAVA) qui exposait certaines de ses œuvres dans le ravin, le Native Counselling Services of Alberta qui avait organisé les campements autochtones, et enfin les 183 bénévoles venus prêter main forte. « Il y a eu encore un très fort engouement cette année. Tous les partenaires veulent augmenter leur présence et leur participation pour l’an prochain », se ravit le directeur de la Cité.

Un festival d’hiver qui réchauffe

« Le festival commence à devenir un rendez-vous important pour la communauté, et pour la ville », remarque Daniel Cournoyer. Un moment attendu par beaucoup qui vient marquer le début d’année et changer les idées des habitants en plein cœur de l’hiver. « L’hiver est souvent associé à la noirceur. Nous cherchons à l’illuminer, à réveiller la folie qui existe dans le ravin », explique Daniel Cournoyer. Les lumières qui jalonnent les pistes sont aussi là pour évoquer de manière créative les contes et légendes autochtones, à l’instar de la célèbre rivière rouge. « L’idée, c’était de montrer la folie, l’imagination, l’esprit de se promener, de voyager, qui font partie intégrante des cultures autochtones », souligne M. Cournoyer. « Le Canoë Volant est là pour promouvoir la présence francophone ainsi que notre histoire commune avec les Premières Nations et les Métis », poursuit-il.

Le festival remporte un franc succès et rayonne bien au-delà de la communauté francophone. En effet, l’événement est encensé par les habitants, les médias, les responsables politiques, et les professionnels aux postes de dirigeants. « On peut dire avec confiance que le festival se démarque », commente le directeur de la Cité Francophone. Même les organisateurs de la conférence Winter Cities Shake-Up, qui aura lieu prochainement à Edmonton, ont approché la Cité. « On est embarqué dans la stratégie d’hiver à 200 000 à l’heure », relève Daniel Cournoyer. Une stratégie qui paie puisqu’aujourd’hui la Cité est reconnue comme un véritable chef de file en la matière.

Fort de son succès, le festival du Canoë Volant pourrait se voir prolonger d’un troisième soir l’an prochain !

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut