Près de trois ans après le début des travaux et quelque 23 millions $ plus tard, la Phase II de La Cité francophone à Edmonton a été officiellement inaugurée, le 15 avril dernier, devant une centaine de personnes.

« C’est une occasion pour nous, qui sommes intéressés à l’épanouissement de cette communauté, de souligner ce que la collaboration, le travail, la persistance et une vision commune peuvent faire à l’avancement d’un dossier, dans ce cas-ci, l’agrandissement de cet édifice qui sert la communauté francophone d’Edmonton depuis plus de 14 ans », a lancé le président du conseil d’administration de La Cité francophone, Denis Magnan.

Ce dernier rappelle qu’une nouvelle aire était nécessaire, puisque les locaux étaient remplis et la demande était omniprésente. « Il nous fallait des espaces supplémentaires », croit-il.

Malgré toute la bonne volonté, ce projet n’aurait jamais vu le jour sans l’appui des trois paliers de gouvernements : fédéral, provincial et municipal. « La communauté était derrière nous, mais comme communauté de langue officielle vivant dans une situation minoritaire, nous sommes aussi vulnérables. Heureusement, les trois paliers de gouvernements ont injecté 4 millions $ chacun », rappelle Denis Magnan.


Le ministre responsable du Secrétariat francophone, Hector Goudreau, a tenu à faire remarquer que c’est le travail collectif qui aura permis la réalisation de cet accomplissement. « C’était en janvier 1987 qu’était lancé le projet de construction d’un centre communautaire à Edmonton, à la suite d’une résolution adoptée par l’assemblée générale de l’ACFA régionale d’Edmonton. C’est grâce à la vision, au leadership et à la ténacité de toutes ces personnes qui ont dévoué leurs idées, leurs talents et leurs temps que nous célébrons la réussite de ce grand projet de la francophonie albertaine », mentionne le ministre Goudreau.

De nombreux membres de la communauté ont été impliqués d’une façon ou d’une autre, mais certains ressortent du lot. « Il est important de souligner les contributions importantes de Jean-Louis Dentinguer, qui travaille depuis 1987 à l’avancement de ce projet. Suzanne Lamy-Thibodeau, qui a été présidente de la Cité de 2000 à 2010, sans oublier les gérants et les employés depuis 1997 », affirme Denis Magnan.

Comme le sougline Hector Goudreau, la Phase I avait ouvert ses portes en janvier 1997 et maintenant, « la Phase II vient compléter votre rêve. C’est donc le temps de reconnaître aujourd’hui toutes ces personnes de la région d’Edmonton qui ont contribué à titre de bénévole au cours des 24 dernières années à la réalisation de ce projet ».

Selon Hector Goudreau, ce projet a donné « un coeur à la communauté. C’est un projet qui inspire la coopération et la collaboration, c’est un projet qui fait jaillir le dynamisme de la communauté », lance-t-il.

De son côté, la sénatrice Claudette Tardif s’est dite heureuse de célébrer « l’une des grandes réalisations de la communauté franco-albertaine. Depuis l’inauguration de la Phase I en 1997, La Cité est devenue un centre de rassemblement pour les francophones et les francophiles. Depuis 14 ans, La Cité francophone constitue un lieu à partir duquel la communauté francophone peut rayonner », témoigne la sénatrice.

Mme Tardif précise que cette nouvelle installation vient répondre aux besoins croissants d’une communauté qui « se diversifie et qui est en constante évolution ».

L’ancienne doyenne du Campus Saint-Jean a tenu aussi à reconnaître la contribution de la Ville. «  C’est la première fois que la Ville d’Edmonton fait une contribution financière importante pour un projet d’infrastructure de la communauté francophone », laisse-t-elle entendre.

Présent à la cérémonie, le maire d’Edmonton, Stephen Mandel, estime que l’appui municipal était inévitable. « Les droits des francophones sont importants. Nous sommes chanceux d’avoir cette communauté dynamique au sein de la ville. Il ne s’agit pas d’une minorité, c’est le Canada », a lancé le maire Mandel. « Avec ce bâtiment, nous savons que cette partie de la ville va continuer à grandir et à prospérer, grâce à la communauté francophone qui constitue une partie vibrante de notre ville », ajoute-t-il.

La députée fédérale sortante d’Edmonton-Strathcona, la néo-démocrate Linda Duncan, qui était aussi à cette inauguration officielle, abonde dans le même sens. « Edmonton-Strathcona représente le foyer de la communauté francophone à Edmonton et un agrandissement était nécessaire. Le Campus Saint-Jean n’est pas loin d’ici et avec la structure collégiale qui verra le jour très prochainement, la francophonie continuera à se développer », a-t-elle mentionné.

Rappelons que les travaux de projet de phase II ont pris leur envol en avril 2008 et ont permis l’ajout de 48 000 pieds carrés ainsi que d’une aire de stationnement de quelque 130 places.

La Phase I, réalisée entre les mois de janvier et décembre 1996 au coût de 7 millions $, avait permis d’abriter les locataires suivants : L’UniThéâtre, le Conseil scolaire Centre-Nord, l’ACFA provinciale et régionale, la librairie Le Carrefour, Le Franco ainsi que le Service de bureautique Dynamique (qui n’existe plus aujourd’hui).

La superficie totale de La Cité francophone est de 104 100 pieds carrés. L’édifice, dont les espaces sont occupés à 88 % compte aujourd’hui 31 locataires. La Cité est à la fois un centre culturel, un centre communautaire et un centre commercial.

 


Quelques photos de l'ouveture officielle de la Phase II de La Cité francophone

[flickr set=72157626584035211]

Pour voir tous les photos cliquer sur ce lien. Album complet

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut