Le virage au numérique : une préoccupation nationale

À l'heure actuelle, le Canada est le premier à se pencher sur le rôle gouvernemental dans le tournant numérique. Le ministère du Patrimoine canadien se préoccupe particulièrement de la place du contenu local dans cette nouvelle ère. C'est dans cette visée qu'il a lancé un dialogue à travers le pays. L'une des nombreuses consultations a eu lieu le 7 novembre dernier, au Centre Winspear, où l'honorable Mélanie Joly a pu prendre connaissance de l'opinion d'une soixantaine de citoyens conviés.

IMG 2204Tester les invités sur différents enjeux, écouter leurs propositions et entendre leurs réponses à leurs questions : le ministère avait plus d'une raison de réunir différents acteurs de la communauté d'Edmonton. Trois questions principales ont mené le dialogue, abordant la promotion et l'utilisation du contenu canadien dans le monde numérique.

« Que ce soit pour stimuler l'économie, augmenter la qualité de vie ou préparer le futur, je crois qu'il est important de promouvoir l'innovation et l'exploration de nouveaux horizons », débute Mme Joly. Mais quelle place occupent l'art, la culture, les contenus canadiens dans cette vague d'innovation qui s'éprend des technologies virtuelles? Pour le ministère, ces secteurs d'activité sont à la base même de l'innovation, et leur potentiel devrait toujours être considéré. « Investir dans la culture va stimuler la créativité, la créativité va conduire à l'innovation et l'innovation va engendrer la prospérité », soutient-elle.

Selon la ministre Joly, l'opinion des francophones hors Québec est fondamentale dans ce dialogue. Elle souligne d'ailleurs sa participation dans les consultations sur les langues officielles, qui se déroulent au même moment que celles sur l'ère numérique. « Nous sommes en train de développer un nouveau plan d'action en appui à la vitalité des communautés linguistiques et du bilinguisme partout au Canada », assure-t-elle.

Qu'en est-il des journaux francophones en milieu minoritaire? À cette question, Mme Joly répond que le gouvernement veut d'abord « s'assurer d'avoir les différents points de vue à terme d'avoir un réel appui au contenu, et de savoir quels seront les différents scénarios possibles ». Par rapport à la chute des publicités fédérales, qui affecte les journaux éminemment ces derniers temps, elle assure que ce sujet occupe une place dans les discussions. Pour le ministère du Patrimoine canadien, « avoir des sources journalistiques fiables et crédibles de chez nous, c'est à la base d'une démocratie qui est saine », constate-t-elle.  

La ministre Mélanie Joly dit donc prendre le pouls sur ces enjeux lors des consultations, afin de réunir les meilleures idées.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut