Imprimer cette page

Garderie francophone de Fort McMurray: entre joie et frustration

Voilà enfin une bonne nouvelle à Fort McMurray: la garderie francophone a réouvert. Mais c'est une nouvelle teintée de tristesse et de frustration, comme nous l'a expliqué Angelina Gionet, directrice de l'ACFA régionale de Wood Buffalo.

La garderie 'Chez Madame Picolo' a réouvert le 8 septembre dernier dans des locaux temporaires. Elle accueille actuellement une vingtaine d'enfants âgés de 2 à 4 ans, soit beaucoup moins qu'avant les incendies.

Environ trente familles n'ont pu obtenir de places et vont devoir se réorienter vers des services de garde anglophones. «On ne peut pas répondre à la demande, et ça m'attriste énormément», Mme Gionet a-t-elle confié lors d'un entretien téléphonique.

Toute une gamme de services à recréerGarderie Chez Madame Picolo

Avant la catastrophe, l'ACFA régionale de Wood Buffalo gérait un service de garde pour enfants qui comprenait pouponnière, garderie et halte scolaire pour les enfants de 6 à 12 ans. Une cinquantaine d’enfants y participaient. «Désormais, tout est à recommencer», a déclaré la directrice.

Les anciens locaux ayant été endommagés par les flammes, la garderie a été relogée dans le sous-sol d'une église. Mais l'espace concédé ne l'autorise à accueillir que 25 enfants au maximum, a expliqué Mme Gionet. Une pouponnière (destinée aux bébés de moins de 20 mois) devrait ouvrir prochainement mais ne pourra offrir que quatre places.

Le matériel de l'ancienne garderie a été jugé inutilisable par les compagnies d'assurance, il a donc fallu tout racheter. Les indemnités d'assurance ont été utilisées en priorité pour équiper la nouvelle garderie, car il est primordial pour l'ACFA de pouvoir venir en aide aux jeunes familles, a souligné la représentante.

«Avant que la garderie ne soit créée en 2009, il y avait moins de familles francophones ici», a observé Mme Gionet. Ce service de garde permet aux deux parents de travailler, c’est donc un facteur important d’intégration économique et de rétention de l’immigration francophone.

Une communauté dans le besoin

Fort McMurray comptait environ 14 000 francophones avant les incendies. «Maintenant, on ne sait plus», a indiqué Mme Gionet. Mais selon elle, beaucoup de familles sont revenues, et la plupart sont de jeunes familles qui ont de grands besoins.

Garderie Chez madame Picolo 1«Mais notre communauté a été négligée», a-t-elle poursuivi. Selon ses propos, la municipalité régionale de Wood Buffalo a refusé de rencontrer l'ACFA après que l’organisation en a fait la demande en juillet dernier. On a aussi rejeté leur demande pour de nouveaux locaux. «La mairie nous a expliqué que s’ils nous accordait de nouveaux espaces, ils devraient le faire pour tout le monde; ce qui n’est pas possible», a indiqué Mme Gionet. Au moment où nous écrivons, la municipalité régionale de Wood Buffalo n'a pas fait parvenir de commentaires à ce sujet.

Le retour dans les anciens locaux devrait se faire dans le courant de l’année 2017, mais d'ici là, nombre de familles francophones vont devoir renoncer à une éducation en français pour leurs enfants. Et ces familles là, «on sait qu'on va les perdre», a déclaré la directrice.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)