Projet vivre en harmonie: des jumelages enrichissants

harmonie
Le Centre d’accueil et d’établissement du nord de l’Alberta (CAÉ) est présentement à la recherche de bénévoles afin de combler les besoins d’un projet de jumelage avec des personnes nouvellement arrivées. Un pairage qui s’avère bien souvent profitable pour tous. 

 

 

Pour Beda Kaji-Ngulu, coordonnateur des services d’établissement au CAÉ, le projet a été mis en place pour répondre à une demande. « Nous recevons beaucoup de nouveaux arrivants, commence-t-il, et parmi ceux-ci, certains ne sont pas éligibles à nos services. Il faut donc trouver des moyens pour tout de même répondre aux besoins de ces personnes. »

Il explique que les fondements du projet visent à travailler d’avantage en aidant les personnes nouvellement arrivées à mieux s’intégrer dans leur communauté, et de vivre en harmonie avec celles-ci. « Il faut faciliter tout cela, et faire en sorte que les bénévoles de la communauté d’accueil deviennent les leviers sur lesquels les nouveaux arrivants puissent s’appuyer », souhaite-t-il.

Jumelage intelligent    
Évidemment, plusieurs facteurs sont pris en compte afin de s’assurer que les jumelages soient optimaux. « Nous devons identifier différents secteurs à travers lesquels, en tenant compte du profil présenté par le bénévole et par le nouvel arrivant, le jumelage s’avère intelligent et sensible », indique Beda Kaji-Ngulu. Pour lui, l’idéal est de faire en sorte que de cette rencontre naisse un cheminement, au terme duquel la personne arrive à s’insérer et à s’intégrer dans sa nouvelle communauté, le tout en étant capable d’acquérir les valeurs de cette-ci.

Le coordonnateur donne un exemple concret pour étayer ses propos. « Cette semaine, il y a le Fringe et Edmonton Chante. Ce sont des activités culturelles qui peuvent aider les personnes nouvellement arrivées à tisser des nouveaux liens. » Ces liens peuvent être tissés si un ami est présent pour informer le nouvel arrivant de ces activités.  

Gagnant-gagnant
Dans ce genre de jumelage, les bénévoles y gagnent aussi au change. C’est du moins ce qu’en pense Beda Kaji-Ngulu. « Il y a un véritable échange. Quand on rencontre l’autre, jamais on ne sort indemne. On grandi, on est différent, car on s’ouvre et on découvre sa culture, son potentiel, tout en étant disponible pour lui et en communiquant ses valeurs », partage le principal intéressé. Selon lui, il s’agit également d’une excellente façon d’élargir son réseau social et professionnel, pourvu que le jumelage soit fait de façon sensée.

« Nous faisons un appel à la communauté. Nous avons déjà rencontré plusieurs organismes. Et nous nous attendons à une certaine réponse », continue-t-il. Selon ses dires, le CAÉ aimerait démarrer le projet avec une dizaine, voir une quinzaine de bénévoles. « Mais il faut déterminer le cadre et aussi les besoins des uns et des autres, car quand on s’engage dans une relation de bénévolat, on a des attentes. Il faut donc clarifier tout cela avec une formation », termine le coordonnateur.

***Les personnes intéressées à donner de leur temps pour un jumelage sont invitées à contacter Beda Kaji-Ngulu au 780 669-6004.***

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut