Imprimer cette page

La Coalition des femmes de l’Alberta se donne les moyens !

coalition devantLundi 25  janvier, le Conseil d’administration de la Coalition des femmes de l’Alberta s’est réuni afin d’aborder des points essentiels tels que l’avenir de l’organisme et la bonification de son mandat. L’année 2016 sera un tournant décisif  !

« Se donner les moyens quand on en a peu », tout un défi que l’organisme a décidé de relever. Depuis février 2011, Fabienne Bühl travaille comme agente de développement à la Coalition des femmes de l’Alberta. Le compte rendu s’est donc organisé autour de six comités principaux : le comité de communication et de visibilité, de santé et bien-être, d’éducation et de formation, le leadership au féminin, le financement et son fonctionnement, enfin la représentation politique et publique.

« Du changement il y en a déjà eu, constate Madame Bühl depuis l’arrivée d’un nouveau CA. Notre crédibilité avait chuté, mais elle remonte depuis 2015. » Le mandat principal de l’organisme consiste à répondre aux besoins des femmes en français, de faire valoir leurs droits, leurs intérêts et de faciliter aussi leur regroupement. La mise en place d’ateliers quotidiens comme « la cuisine communautaire » ou bien encore la « formation du stress au mieux-être » sont des premiers pas afin d’épauler ces femmes.  

Le défi majeur auquel doit faire face actuellement la Coalition des femmes de l’Alberta est de réussir à rejoindre les régions. Patrimoine Canada, l’un de leurs principaux bailleurs de fond refuse d’accorder davantage de financement faute de résultats dans les zones plus éloignées de la province. Or, les moyens manquent : « on a du mal à se déplacer faute de moyens, c’est comme un cercle vicieux » explique Fabienne Bühl.

C’est pourquoi, la Coalition des femmes de l’Alberta s’est fixée comme objectif de trouver d’autres bailleurs. La demande s’accroît, mais les moyens ne suivent pas. « Il y a de plus en plus de personnes qui nous contactent, notamment des femmes qui veulent rencontrer d’autres femmes afin de sortir de l’isolement » constate l’agente de développement. Toucher une population de femmes encore plus large telle que les immigrantes est devenu un volet nécessaire qui vient s’ajouter à leur mandat. Pour mieux comprendre leurs besoins et cerner encore mieux leur public, l’organisme a décidé de faire appel à une entreprise d’Ottawa spécialisée dans la communication.

Depuis janvier, l’entreprise est allée à la rencontre de femmes de tout âge et de tout horizon. Ils privilégient les Assemblées Générales et autres réunions afin de trouver leur public. Leur objectif : réaliser des analyses comparatives entre les groupes de femmes afin d’établir une stratégie adéquate. La Coalition des femmes de l’Alberta met beaucoup d’espoir dans ce rapport : « le but c’est d’éviter de demander de l’argent dans le vide et de répondre aux besoins des femmes en région ». Le résultat de ce rapport sera rendu début avril.

 

             

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)