Investissements fédéraux ou bonbons préélectoraux?


Depuis le 2 août, le Canada est en élection, la plus longue de son histoire moderne. Le gouvernement Harper, juste avant de dissoudre le parlement en plein été, s’est montré très généreux à l’égard de nombreux organismes à travers le pays, dont plusieurs en Alberta, tout particulièrement durant la dernière semaine de juillet.



Tim Uppal, Rona Ambrose et Michelle Rampel, 3 ministres  albertains du Parti conservateur ont fait part de leurs intentions d’apporter une contribution financière à plusieurs organismes; ils ont alors arpenté la province avec des bonnes nouvelles telles que : des investissements pour des bâtiments à vocation communautaire, mais aussi à Innovate Calgary, à SAIT Polytechnic, à la Corporation de développement économique d’Edmonton (EEDC), à l’Université de Calgary et à TEC Edmonton pour des projets de développement et de diversification de l’économie.


A cette occasion,  TEC Edmonton , coentreprise sans but lucratif de l’Université de l’Alberta et de l’EEDC, a pour sa part reçu 1,2 million de dollars dans le cadre du Programme de diversification de l’économie de l’Ouest, des mains du ministre Tim Uppal, au nom de la ministre Michelle Rempel. Cet argent servira à encourager les petites et moyennes entreprises de technologie de pointe à pénétrer le marché de l’Amérique latine. « Les entreprises de l’Ouest canadien possèdent le potentiel et l’expertise nécessaires pour rivaliser sur la scène internationale », a affirmé en anglais le ministre Uppal en conférence de presse. Chris Diaper, directeur des partenariats stratégiques de TEC Edmonton, croit que cette aide, un septième investissement fédéral depuis 2007, permettra à plusieurs entrepreneurs albertains de créer les réseaux nécessaires avec ce marché de 500 millions de personnes. Ce florilège d’annonces gouvernementales, en plein milieu de l’été, n’est pas chose commune.

C’est pourquoi, Frédéric Boily, analyste politique, croit que c’est directement lié à l’élection qui allait commencer de façon imminente. Il croit même que cette vague d’investissements témoigne de la fragilité du Parti conservateur, même dans son « château-fort » qu’est l’Alberta. « Les conservateurs sont un peu moins assurés en Alberta, alors ils montrent qu’ils sont encore présents. Le parti ne peut pas se permettre d’agir comme par le passé avec l’Alberta, comme il n’y a plus de “garantie”».

Cette crainte de perdre des circonscriptions en Alberta s’expliquerait par les dates des annonces. « Si les conservateurs voulaient avoir un impact dans l’opinion public, ils n’auraient pas fait ça en juillet », analyse M. Boily, qui remarque aussi que le parti de Stephen Harper essaie de minimiser le fait que le NPD ait été élu en Alberta.

Cette stratégie politique rencontre cependant un certain succès  parmi plusieurs de ces organismes, puisque ces derniers y voient un avantage évident : « Ces programmes gouvernementaux tentent d’encourager les nouvelles initiatives et c’est la première fois que TEC Edmonton tente de développer une structure d’exportation à l’international. L’agence nous donne donc l’argent nécessaire pour nous aider à lancer le projet », explique M. Diaper. Alors que l’industrie pétrolière bat de l’aile, « ce programme reconnaît le besoin de varier et c’est notre mandat d’y participer », confirme-t-il, rappelant l’importance de s’ouvrir à un marché comme l’Amérique du Sud.

La plupart des autres investissements annoncés en fin juillet visent la diversification de l’économie albertaine, à divers degrés. Frédéric Boily remarque finalement que ce genre de dépenses est un « effet pervers » d’une élection à date fixe. Après tout, les partis étaient en mode élection depuis septembre dernier, selon lui. Au moins, les investissements dans des organismes économiques est en phase avec la logique du Parti conservateur.

OLIVIER DÉNOMMÉE
En collaboration avec Hélène Lequitte

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Le Franco sur Twitter !

Hebdomadaire

Pour vous abonner à la version électronique, veuillez cliquer ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

Aller au haut